logo Le moteur de recherche de la télé

C'est au programme


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 10h00 sur France 2

– Je veux apporter mon soutien à la République. J'espère que ce seront les derniers.
– A.-C.Poignard: On sent énormément d'émotion. Dans ce public, il y a toutes les générations confondues. On sent que les gens sont touchés.
– Tout à fait. J'ai entendu des personnes dire qu'elles venaient chaque fois et que c'était la preuve qu'il y avait autant de mobilisation. Tout à l'heure, on a chanté "La Marseillaise". Je pense que j'étais avec un jeune, un ancien combattant. C'était un honneur. C'est très important d'être là.
– A.-C.Poignard: Qu'est-ce que vous ressentez ce matin? On a entendu des gens applaudir au passage du convoi funéraire.
– Chacun réagit à sa façon. Moi, j'ai prié intérieurement. Applaudir, c'est aussi un hommage qui peut unir la foule. Toutes les générations sont là. Mon mari a fait une vidéo. On la montrera à nos enfants, à nos petits-enfants. Ce sera important de leur expliquer l'hommage rendu.
– A.-C.Poignard: Merci beaucoup. Il y a beaucoup d'émotion, ici, devant les Invalides. La foule va suivre la cérémonie d'hommage.
– M.-S.Lacarrau: Merci. La cour d'honneur des Invalides continue de se remplir. On a vu F.de Rugy et R.Ferrand, président de l'Assemblée nationale. Toute la classe politique se mobilise. Colonel, en tant que militaire, comment réagissez-vous à cet hommage des anonymes? Des anonymes qui se déplacent pour suivre la cérémonie sur écran géant.
– Col P.Steiger: Comme quelque chose de très touchant. Ça va au-delà du sens des cérémonies pour la famille, la famille militaire et la famille du militaire. Le fait qu'il y ait ces anonymes... Peu importe la forme du témoignage et de la reconnaissance. Le fait d'avoir voulu être là, de vouloir prendre une vidéo... C'est essentiel. Les militaires français ne font pas ce métier par égoïsme. Ce n'est pas pour notre plaisir propre. Il y a bien cette notion d'engagement au service d'une cause qui nous dépasse, qui porte le visage de nos camarades. Il s'agit de la protection des Français. Là, il s'agissait de récupérer 2 compatriotes. Même si ce n'est pas encore verbalisé...