logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 07h00


diffusion le mardi 14 mai 2019 à 7h00 sur France 2

– Aux Etats-Unis, plus de 13 000 plaintes ont été déposées contre la firme américaine.
– E.Colin: Usé par 40 ans de fret. En France, le dernier train de primeurs pourrait bien être remplacé par des camions. La liaison ferroviaire entre Perpignan et Rungis, le plus grand marché d'Europe, est menacé de fermeture. Un enjeu économique et environnemental qui n'est pas sans conséquence comme vous allez le voir dans le reportage.
– Rungis, le plus grand marché alimentaire de produits frais au monde. Chaque année, 400 000 tonnes de fruits et légumes y sont vendus. Chaque nuit, la marchandise est acheminée par ce train. 2 entreprises de fret utilisent actuellement cette ligne, mais le contrat avec la SNCF ne serait pas renouvelé fin juin. Le train serait remplacé quotidiennement par une quarantaine de camions. Sur la plate-forme de chargement, les cheminots dénoncent une aberration.
– Ce wagon frigorifique peut contenir 33 palettes. Pour la même quantité de palettes, il faut 1,5 camion. C'est un non-sens économique et écologique.
– Raison invoquée: la vétusté des wagons. Leur modernisation serait jugée trop coûteuse.
– Derrière, il y a une centaine d'emplois de chargeurs et de cheminots qui seraient impactés directement, plus quelques sous-traitants.
– La fin annoncée de la ligne Perpignan-Rungis suscite un véritable tollé politique. Le gouvernement souhaite réunir l'ensemble des acteurs dès cette semaine. Le marché de Rungis se dit prêt à débourser 300 000 euros pour sauver le train des primeurs.
– E.Colin: La télémédecine au secours des addictions. Les addictions sont responsables de 120 000 morts par an en France. Alcool, tabac, cannabis, un combat du quotidien où le déni, l'isolement et la honte sont bien souvent un frein aux soins. Vous allez voir que la e-santé est peut-être une solution.
– En France, 13 millions de personnes fument tous les jours du tabac, 700 000 du cannabis et un million dépendent de l'alcool. Ces addictions peuvent être traitées par la e-santé, des consultations par Internet ou par application. La e-santé permettrait de réduire le fossé entre le nombre de personnes atteintes d'addiction et le nombre de patients traités.