logo Le moteur de recherche de la télé

Le magazine de la santé


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 13h40 sur France 5

capture
– Ily a d'autres cuisines magnifiques. Cette protection du repas est en train de céder, au grand malheur de notre santé. La santé dépend aussi du temps qu'on passe à manger.
– Pierre Charlier : Vous vous projetez aussi dans l'avenir. Quel est l'avenir de l'alimentation?
– Jérémie Attali : Ily a l'avenir qu'on peut voir comme une tendance et l'avenir qu'on peut souhaiter. J'essaie de faire des recommandations individuelles et collectives. On peut donner plus de pouvoir aux paysans pour qu'ils produisent sainement. On peut nourrir des milliards d'habitants avec du bio. C'est possible.
capture
– Pierre Charlier : C'est l'économiste qui parle.
– Jérémie Attali : Pas seulement. Deuxièmement, il faudrait donner des règles strictes à l'industrie agroalimentaire pour qu'on sache ce qu'ils mettent dedans, notamment les pesticides. Il faudrait interdire toute une série de formes de sucres détestables. Tout ce qui vient du ma' l's est un poison. Il faut aussi que chacun prenne conscience de ce qu'on peut manger à certaines saisons... Si on ne mangeait que ce qui est produit à 100 km de chez soi toute l'année, on irait mieux. Des tas de régimes ont été Il y a des constantes. Des régimes se contredisent, mais ily a des constantes: manger peu, faire des jeûnes, ne pas manger de produits en excès, comme le sucre ou les huiles. Si on fait ça et qu'on fait beaucoup de sport, ça ira.
– M.Carrère d'Encausse: Ne trouvez-vous pas qu'ily a une tendance, en France, à une prise de conscience de l'agriculture raisonnée, les agriculteurs qui transforment leur plantation... On regarde les étiquettes. Quelque chose se passe.
– Jérémie Attali : L'application Yuka est beaucoup utilisée par les jeunes.
– M.Carrère d'Encausse: C'est rassurant.
– Jérémie Attali : Il y a une prise de conscience française. Ça doit continuer. Nous avons besoin de ces restaurants et de cette agriculture.
Il faut le défendre et l'exporter. Ce modèle français est exportable. Si on veut nourrir des milliards d'habitants, on ne pourra pas le faire sans transformer profondément la façon dont on mange. Il faut manger moins de viande et manger plus de choses de proximité.
capture