logo Le moteur de recherche de la télé

Le magazine de la santé


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 13h40 sur France 5

capture
– Ailleurs, le repas disparaît. Les hommes sont de plus en plus solitaires. La salle à manger disparaît.
– M.Carrère d'Encausse: Vous prenez
capture
– Jérémie Attali : J'essaie, autant que possible, même si je suis pris. Aujourd'hui, je n'ai pas déjeuné. Ça fait partie des choses qui peuvent arriver. Il est important de se souvenir que le repas est un lieu essentiel de la transmission, d'abord avec les enfants. Le déjeuner a disparu. Le dîner n'existe presque plus. C'est un lieu d'échange. Ça échappe aussi au capitalisme. C'est un lieu subversif. Le capitalisme fait tout pour qu'on consomme le moins possible. Le capitalisme déteste le repas, d'où le fast-food. Ça a commencé à monter dès le XIXe siècle. On a commencé par le dénigrement de la nourriture, qui était très belle au XVIIIe siècle. On a inventé une nourriture volontairement fade. Peu de gens savent que les corn flakes ont été inventés pour pousser les hommes à ne plus avoir de pulsions sexuelles. On s'est rendu compte que manger des corn flakes n'était pas passionnant, on a inventé la sauce Heinz. La nourriture est devenue un mélange d'outrageusement fade et d'outrageusement sucré, tout ça très chimique. Le fast-food apparaît dans les années 30. Ça s'est généralisé.
– Pierre Charlier : Ça a commencé par la tablette de chocolat, le 1er produit fait en grande quantité.
– Jérémie Attali : Le chocolat vient d'Amérique du Sud, vers 1520. Il faut de la nourriture portable. On invente les conserves, le lait en poudre et le chocolat en tablette.
– M.Carrère d'Encausse: Comment expliquer qu'on ait gardé le plaisir de la table, en France? On prépare à manger pour les amis, on fait les courses...
capture