logo Le moteur de recherche de la télé

Le règne des insectes


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 10h50 sur France 5

– En revanche, tout comme les fourmis, ils vivent en colonies dans de vastes termitières qu'ils construisent eux-mêmes. Elles sont fabriquées avec un mélange de boue, d'excréments et de salive. La majeure partie de leur structure se trouve au-dessus de la surface du sol. Cela permet aux ouvrières de mieux contrôler la température, le taux d'humidité et la ventilation dans les galeries, 3 facteurs essentiels quand on cultive des champignons. C'est pourquoi les termites passent leur temps à ouvrir ou fermer des tunnels pour modifier les courants d'air. Quand il s'agit de réguler l'atmosphère de leur habitat, ils sont d'une précision digne des systèmes de climatisation les plus perfectionnés. Tout comme les termites et les fourmis, les guêpes et les abeilles vivent dans des structures sociales où chaque individu a un rôle précis. Les guêpes appartiennent au même ordre d'insecte que les fourmis. Leurs nids sont généralement plus petits et moins sophistiqués que ceux de leurs cousines, et leur société ne compte que 2 castes : les reproductrices et les ouvrières. Au fil du temps, les guêpes ont évolué. Elles ont abandonné les tunnels pour se spécialiser dans les structures géométriques. Elles construisent des alvéoles à l'aide d'une sorte de pâte à papier qu'elles produisent en mastiquant du bois pour le mélanger à leur salive.undefined
Les abeilles construisent dés sociétés très élaborées, à l'image de leurs essaims. Comme les guêpes, elles bâtissent Des structures hexagonales solides qui garantissent une utilisation optimale de l'espace. En revanche, elles utilisent de la cire comme matériau de construction, une substance mieux adaptée à la conservation du miel. La cire d'abeille contient des enzymes aux vertus antibiotiques. Les alvéoles sont ainsi parfaitement aseptisées et l'essaim est à l'abri des contaminations bactériennes. L'un des principaux avantages de la vie en société, c'est que les erreurs individuelles ont peu d'impact sur le groupe. Ce qui serait fatal à un insecte isolé devient un incident mineur géré par l'ensemble de la colonie. Grâce à leur immense capacité d'adaptation, les insectes sociaux font partie des espèces les plus anciennes qui ont les meilleures chances de survie. Chaque année, on découvre plusieurs milliers de nouvelles espèces d'insectes. Jusqu'à présent, près d'un million ont été répertoriées mais certains spécialistes estiment qu'il en existe plusieurs dizaines de millions. Cela implique d'innombrables manières de naître, de se nourrir, de communiquer, de chasser et de se reproduire. On considère souvent que l'ère géologique actuelle est celle de l'homme et des mammifères, comme le mésozo' l'que était l'ère des dinosaures. Mais l'homme a toujours vécu à l'ère des insectes. Leur suprématie est indéniable. Ce sont eux qui règnent en nombre sur la planète. Sous-titrage MFP