logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 5h25 sur France 5

– César Roux : On a tous été choqués par cette flèche qui s'est effondrée. Quelle est l'histoire de cette flèche?
– Michel Zink : C'est une flèche de Viollet-le-Duc. Ce n'est pas pour ça qu'il faut mépriser la flèche
– César Roux : Pourquoi on ferait cela?
– Michel Zink : Il a sauvé Carcassonne, beaucoup de choses. On aurait tort de lui faire des reproches. Je ne connais pas assez d'histoire de Notre-Dame. La flèche n'a pas toujours été là. V.Hugo connaissait Notre-Dame sans flèche, mais il avait dû y en avoir une... Je dis peut-être des bêtises. Viollet-le-Duc n'a pas inventé cette flèche. Pour nous, aujourd'hui, c'était vraiment Notre-Dame. C'était un repère. Depuis le Pont-Neuf, on ne voit pas les tours, mais la flèche. Encore une fois, pour une cathédrale qu'on a mis 2 siècles à construire, pendant tout le coeur du Moyen Age... On la voyait en construction pendant des générations.
– César Roux : Pourquoi la construction de cette cathédrale a-t-elle été lancée?
– Michel Zink : Je n'étais pas dans la tête de M.de Sully. J'ai passé des années à travailler sur lui. Il a lancé la construction Il a aussi écrit un recueil de sermons très simples pour tous les dimanches de l'année et pour l'édification des fidèles et pour aider les curés à prêcher. Il l'a écrit en latin. Ce recueil a été traduit en français. Il se lance dans l'aventure par souci de ses ouailles et du peuple fidèle. C'était pour lui offrir une église à la mesure de ce que doit être la foi, pour offrir de la beauté et le moyen de comprendre. Je pense donc à M.de Sully.
– César Roux : Nous aussi.
– I.de Gaulmyn: Il faut bien voir que c'est une époque où la plupart des gens ne savaient pas lire. Le catéchisme se faisait dans les cathédrales. Les statues, c'était une manière de raconter l'Evangile. C'est aussi pour ça que les gens y étaient attachés. Il faut rappeler que tout le monde a construit cette cathédrale. C'est extraordinaire. Je ne sais pas si on peut refaire ça aujourd'hui.
– César Roux : Cest-à-dire?
– I.de Gaulmyn: Les ouvriers, c'est le peuple de Paris, les croyants. Les gens le faisaient comme un acte de foi.