logo Le moteur de recherche de la télé

Météo à la carte


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 13h00 sur France 3

capture
– Marianne est guide depuis vingt-cinq ans, elle connaît tous
– Voilà, après 244 marches, nous voilà sur le clocher de Saint-Martin avec une vue extraordinaire sur Colmar. Voici Lucien, qui observe nos cigognes.
– Ça m'est déjà arrivé de leur donner de la nourriture. C'est un peu le paradis. La nature revit, tout devient vert, c'est le bonheur.
– Au loin, c'est l'Allemagne et sa Forêt noire. L'histoire de l'Alsace et de Colmar est étroitement liée à celle de son voisin allemand.
capture
– Après la guerre de Trente ans, Louis XIV a rattaché l'Alsace à la France. Ensuite, cela a basculé quatre fois entre 1870 et 1945. Cela ne devait pas être évident pour les anciens de vivre cela. Il y a des traditions qui perdurent, qui sont germaniques, un peu la mentalité des gens, on est quand même assez droits.
– Le printemps fait aussi le bonheur de Georges, soixante-six ans, passionné d'Histoire.
– On est dans la rue des Américains, qui ont libéré Colmar C'était le printemps et la renaissance de la ville, une libération. Chaque fois qu'on passe dans cette rue, c'est un plaisir, au printemps, tout revit.
– Les maisons à colombages font aussi partie de la ville.
– C'est une maison caractéristique des endroits où il peut y avoir des inondations. On est dans une cours où je venais jouer quand j'étais gamin. C'est étonnant en ville de trouver un petit havre de calme. Colmar a la chance d'avoir été très peu bombardée dans la dernière guerre. Le vieux centre est donc resté un peu comme un décor de conte de
– Colmar est connue pour ses marchés de Noël mais la ville a aussi ses marchés de printemps. Il y a 9 ans, Donatienne a quitté la Bretagne pour s'installer à Colmar.
– Il y a une tradition très forte, on a deux jours fériés en plus, la Sécurité sociale locale qui est très bien gérée car elle est bénéficiaire. Pour nous qui venons d'une autre région, on remarque ces choses-là.
– L. Romejko : Les épisodes de gel printaniers sont la grande crainte des viticulteurs. Cette année, les vignes sont en avance et les bourgeons particulièrement vulnérables.
capture