logo Le moteur de recherche de la télé

Morbihan, un archipel en Bretagne

Thalassa


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 0h50 sur France 3

– Il y a des moments où ça me fait bouger le cul du bateau, doncj'essaie de garder le contrôle. C'est une sensation hyper agréable de dérapage. Il y a encore un trou devant. Hop là, c'est pas de la houle, c'est une bosse. Ça chatouille le ventre.
– Pour débuter, il faut passer là à marée basse, comme ça, on voit les caillasses, à marée haute, on les voit pas. Dans le golfe, tous les navires à passagers naviguent en visuel. Chacun a ses petits alignements en tête, ses petits repères. Le piège d'un jeune marin, il faut rester humble en fait. Même Tabarly se faisait avoir. Il a mis un jour son Pen DuickI sur la Truie d'Arradon. Même les meilleurs se font avoir. Donc on est censé se faire avoir un jour, il faut rester humble.
– Si tout va bien et si la Jument est clémente, Ronan et François devraient en 20mn rejoindre l'île aux Moines. Le récif sur lequel Tabarly a posé sa quille est situé au milieu d'un bras de mer entre l'île aux Moines et le continent. A marée basse, on vient y pêcher des crustacés. Mais les cailloux au ras de l'eau se transforment vite en piège. Plusieurs fois par an, quelles que soient les conditions météo, les membres de la SNSM s'entraînent pour secourir les victimes des courants.
– OK, on est sur zone dans une minute.
– Celui qui ne maîtrise pas la nage dans les puissants courants n'a pas sa place sur le canot de sauvetage. Il est 14h30, les flux marins commencent à s'inverser.
– Nageur de bord, transmets. *-La victime, femme, 30 ans. *Elle est consciente, elle n'a pas eu de perte de conscience. 'j'attends des renforts *pour vous donner un bilan.
– OK, je transmets à l'équipage.
– Elle est consciente, la personne ?
– Oui.
– Il faut faire vite car la marée monte. Dans quelques minutes, les rochers sur lesquels reposent la jeune femme seront immergés.
– Ça va pour vous, Madame ?
– Quand on tombe dans les courants, il ne faut pas lutter contre. Il faut se laisser emporter avec le courant. Si on a un gilet qui permet de flotter, les courants ont tendance déjà à vous sortir des zones, mais nous, on arrivera pour intervenir.