logo Le moteur de recherche de la télé

Morbihan, un archipel en Bretagne

Thalassa


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 0h50 sur France 3

– Il y a eu beaucoup beaucoup de monde à pêcher.
– Beaucoup trop de monde. Du coup, fatalement, on a été plus rapides que la reproduction de la palourde.
– Et là, on discute. On est sous la grêle mais on est bien ! C'est ça, aussi, le Morbihan. Pluie, grêle, et revoilà le soleil qui n'est jamais bien loin. Les palourdes, ça se mérite ! Surtout celles-ci. Nous pouvons reconnaître le terroir marin. Les coquillages s'imprègnent du milieu où ils ont grandi. Une typicité qu'on retrouve dans leur goût unique.
– Dans le golfe du Morbihan, en fin de compte, le goût de la palourde est différent selon l'endroit.
– Elle a le goût du terroir.
– On en a une qui est très prisée. On a une palourde labellisée "parc naturel régional". Premier produit de la mer labellisé !
– J'ai hâte de goûter !
– Elle est succulente.
– La qualité des produits de la mer, le Morbihan souhaite en faire sa marque de fabrique. Il n'hésite pas à innover et même à changer ses pratiques de pêche.
– Au large de Belle-Ile, nous retrouvons Simon. Depuis 4 ans, à bord de son fileyeur, il pratique une pêche inédite : la capture du poisson vivant.
– Il y en a une grosse qui monte.
– Lorsqu'il remonte ses filets, il sélectionne les belles prises et les dépose dans les viviers qui sont à bord de son navire.
– Je vais la mettre dans le vivier pour la tenir vivante.
– Son défi : ramener le plus grand nombre de poissons vivants à la criée de Quiberon.
– Va avec les autres.
– Plus question de ne faire que du rendement. Simon privilégie la qualité de son poisson. Limande, rouget, bar... Il travaille toutes les espèces.
– On a une lotte. C'est souvent à la demande des clients. On a un acheteur qui voulait quelques soles. On a un barbu qui monte. On va le garder vivant, celui-là.
– Un poisson vivant est vendu 2 voire 3 ou 4 fois plus cher, à la criée.
– Ouais, mets-le avec. On garde les plus belles pièces. On sélectionne les plus vifs. Ça fait un petit plus sur les journées de pêche. Le poisson vivant, on le vend plus cher. Ça fait un petit billet en plus.
– Cette pratique de pêche et de vente, inédite en France, vient du Japon.