logo Le moteur de recherche de la télé

Je t'aime, etc.


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 15h10 sur France 2

– J'en ai parlé à ma famille. Je pensais être addict au shopping. J'en ai parlé à une copine qui a malheureusement pris des drogues. J'ai la même sensation quand je fais du shopping qu'elle quand elle prenait de la drogue.
– D.Burki: Quelles sont les nouvelles dépendances? Voici quelques éléments de réponse.
– Planqué derrière votre télé, vous vous dites que les addictions ne concernent que les alcooliques, les drogués ou les joueurs compulsifs. Détrompez-vous.
– Vous auriez quelque chose de bio, local, sans lait, sans gluten?
– Sans rien, quoi.
– Ça ne nourrit pas. Manger sain, c'est bon pour la santé, mais quand ça devient une obsession, c'est de l'orthorexie. Plus de 2 % des Français en souffriraient. Il y a la peur de ce qu'on mange, de l'empoisonnement et du regard des autres sur notre silhouette, sauf qu'à force d'avoir peur de tout, vous finissez par faire peur à tous. Au rayon drogues dures, le soda sucré goût cola est pointé du doigt. Sucre plus caféine, à forte dose, ça serait mortel. Parmi les victimes d'addictions, comptez aussi les adeptes des réseaux sociaux. En France, ces derniers nous volent en moyenne 1 heure 22 parjour, mais certains font exploser le compteur pour générer des likes. Il y a aussi l'addiction aux applications de rencontres. Ça concernerait plus particulièrement les hommes. Pour certains, trouver l'amour devient compliqué. Autre addiction infernale du moment, la dépendance au shopping-
– Baskets, vestes, maillots!
– "Le Diable shabille en Prada", c'est vous. J.Depp serait atteint d'oniomanie. Aux Etats-Unis, on le surnomme Johnny "Dette", en français. Avec les créanciers sur le dos, il n'a plus qu'à jouer les pirates des Caraïbes dans la vraie vie. L'addiction prend aussi le visage de joueurs de jeux vidéo. L'OMS a récemment reconnu que cette addiction était une vraie maladie. Chez les jeunes, c'est un fléau. sur 8 aurait un usage problématique des jeux vidéo. D'autres sont accros à leur travail. Ce sont les workaoliques. Ils se passent de pause déjeuner et de vacances. Si c'est votre patron, vous risquez de vous en passer aussi.