logo Le moteur de recherche de la télé

Je t'aime, etc.


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 15h10 sur France 2

– Il était très conscient des horaires auxquels il devait prendre le produit. J'ai gardé les médicaments avec moi mais les plaquettes disparaissaient. J'ai compris qu'il en prenait plus qu'il ne le devait.
– D.Burki: Comment se procurait-il les médicaments?
– J.Boudre: D'abord par les ordonnances. Mais ce sont des drogues vendues par les dealers. Les Xanax coûtaient une livre en Angleterre. Il y a beaucoup d'ordonnances falsifiées sur les réseaux sociaux. Ce sont des drogues. C'est vendu par les dealers au même titre que le reste.
– D.Burki: Vous avez entendu parler de ces ordonnances falsifiées?
– Dr L.Karila: Bien sûr.
– D.Burki: C'est classique?
– Dr L.Karila: Quand il y a des addictions aux médicaments, on retrouve ces ordonnances falsifiées. C'est très facile de se faire des ordonnances sur Internet. C'est interdit et on signale souvent des patients à la Sécurité sociale pour les aider.
– D.Burki: Qu'est-ce que vous avez fait pour aider votre fils?
– J.Boudre: J'ai cherché de l'aide, mais je n'ai pas trouvé de solutions ici. On m'a parlé de cliniques autour de Paris, privées. On me les a déconseillées parce qu'il y avait des retrouvailles entre tous les jeunes addicts qui se filaient les adresses de dealers. On m'a dit de ne pas l'envoyer On m'a parlé d'un centre en Angleterre. Je l'ai envoyé là-bas. Ils ne conservaient pas les addicts s'ils voulaient arrêter. Il a été soigné dans un autre centre près de Barcelone, un peu plus organisé. qu'il vous disait, à l'époque? Il avait conscience des dangers?
– J.Boudre: Oui. C'était un enfant mal en point. C'était comme un petit chimiste. Il connaissait les molécules et les dosages. Il savait qu'il ne fallait pas mélanger ceci avec cela. Il essayait d'être rassurant avec moi parce qu'on avait une jolie relation. J'ai toujours gardé de l'espoir, mais je n'ai jamais été totalement convaincue par ses dires.
– D.Burki: Et le titre de votre livre?
– J.Boudre: C'est ce que j'aurais aimé qu'il me dise à moi cette nuit-là, mais c'est ce qu'il a dit à une de ses amies, qu'il avait rencontrée en cure.