logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 13h55 sur France 2

– Quand on rentre dans une chambre sans frapper, alors qu'ils sont chez eux. C'est leur espace.
– Félix Bollaert : Ça vous arrivait? Parce que vous n'aviez pas Peut-être qu'à ce moment-là, je n'étais pas complètement consciente de ce type On se dit qu'on a 5mn, on rentre, on allume la lumière, on ouvre les volets, on prépare la cuvette et on ne pense pas à dire bonjour ni à se présenter. On ne prend pas J'ai appris avec le temps et les formations que ce temps-là, que l'on gagne, qu'on a l'impression de perdre au départ, on s'aperçoit que c'est du temps de gagné. Car la personne qui est en face et qui est souvent désorientée, vous êtes toujours un inconnu, vous arrivez sans dire ce que vous faites, forcément, elle va opposer de la résistance. C'est normal. Si on arrive, qu'on se présente en prenant le temps, l'angoisse va redescendre. Je ne dis pas qu'elle ne sera pas opposante mais elle le sera moins. Les personnes âgées désorientées, on a l'impression qu'on les prend pour des enfants qui ne comprennent rien mais ce n'est pas vrai. Ils comprennent.
– EBollaert: On les infantilise leur dit, ils comprennent les intonations. Une personne Alzheimer fonctionne par l'émotion. Elle ne fonctionne plus par la compréhension car elle ne comprend plus, elle n'est plus dans notre monde. Si on adapte le ton de la voix, si on prend un peu de temps, on aura en face de nous une personne qui sera plus apaisée, qui se laissera faire.
– EBollaert: On a Chantal en ligne. Bonjour. Vous ne pouviez pas être sur le plateau pour des raisons personnelles. *-Je le regrette, mais je suis contente de vous entendre.
– EBollaert: C'est la 1re fois que vous parlez publiquement d'une histoire qui est arrivée à votre maman, c'est ça? Comment décririez-vous votre maman avant son arrivée à l'EHPAD? *- C'était la joie de vivre personnifiée. Elle était très active dans sa ville, elle participait à la création d'associations d'aide aux personnes âgées. Elle connaissait la ville, elle s'occupait de bibliothèques de la Croix-Rouge, tout le monde la connaissait, et l'appréciait.