logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 13h55 sur France 2

–  EBollaert: Pourquoi l'avez-vous placé en maison de retraite?
– Il a fait un micro-AVC et il a été hospitalisé. Il fallait le mettre en maison de retraite car il ne pouvait pas rester tout seul.
– EBollaert: Vous appréhendiez de le mettre dans une maison de retraite?
– Non, j'étais plutôt rassurée. Je me disais qu'il mangerait à heures fixes, qu'il aurait des repères.
– EBollaert: Comment s'est-il
– Au début, ça allait bien. Ensuite, il tombait de son fauteuil roulant en pensant qu'il avait assez de force pour se lever. C'était le cas, mais quand il se levait, il basculait. Son état s'est dégradé car il perdait l'équilibre.
– EBollaert: Il avait l'usage de la parole? Il a exprimé des choses qui n'allaient pas? Que vous a-t-il dit?
– Oui. Parfois, on le bousculait pour la toilette, il fallait qu'il se dépêche. Un jour, il m'en parle et je lui ai dit que j'allais en parler à la personne. Il ne voulait pas que j'y aille car ça aurait été pire. J'ai respecté sa demande.
– EBollaert: Il vous a dit d'autres choses, ou vous avez mené une enquête pour savoir si son état se dégradait?
– Le problème, c'est qu'il n'y a pas assez de personnel et on leur demande de faire des choses qui ne sont pas possibles. Je me souviens être rentré dans sa chambre et il avait 4 T-shirts superposés les uns sur les autres. Ça faisait 4 jours qu'on ne lui avait pas fait la toilette et qu'on continuait à l'habiller.
– EBollaert: Sans retirer le vêtement de la veille ni lui faire sa toilette?
– C'est une humiliation, il ne pouvait pas se changer. C'était compliqué de se déshabiller. Ca, c'est parce que je suis arrivée un matin que je l'ai vu. J'ai demandé à la jeune fille comment c'était possible de rajouter un T-shirt. Elle m'a répondu que c'était son 1erjour. Elle a fondu en larmes. J'étais démunie car ce n'est pas ce que je voulais.
– EBollaert: Qu'avez-vous vu d'autre?
– Pour le repas, ils leur font un croque-monsieur. Ils ne peuvent pas le couper car c'est compliqué, ce n'est pas facile à manger. Si je n'avais pas été là pour le couper, il ne mangeait pas.