logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 13h55 sur France 2

– Aujourd'hui, ce n'est plus le cas.
– J'ai arrêté au bout de 3 ans. Je n'avais pas assez de moyens pour assurer une qualité de prise en charge de mes résidents. Il s'est passé 2 événements indésirables, graves, comme on les appelle en interne. Les directeurs d'EHPAD ont une responsabilité pénale et j'ai fait le constat que je ne pourrais pas y arriver, malgré l'investissement et la qualité de mon équipe. On était en sous-effectif, en manque de moyens et ça ne pouvait pas continuer.
– EBollaert: On va en parler. Marc Geiger va l'écouter d'une oreille attentive. Vous êtes avocat pénaliste. Vous nous apporterez votre regard sur ces situations très graves. Vous avez été touchant car vous avez regardé Frédérique en disant: "Il faut parler pour nos résidents." Hors caméra, vous avez revendiqué que c'était une émission militante et que c'est important de prendre la parole.
– C'est important. Je continue de défendre cette cause. C'est pour ça que j'ai écrit ce livre, carje considère qu'il est important de soulever ce sujet et de s'atteler à améliorer la condition de fin de vie de nos anciens. De la même façon que l'enfance doit être sacrée, la fin de vie de nos anciens doit être sacrée.
– EBollaert: Vous avez raison. Je voudrais commencer en disant qu'on ne mettra pas tout le monde dans le même panier. Parmi le personnel de santé, il y a des gens admirables. 90% des gens qui s'occupent sont des personnes formidables, mais il est important de parler des situations qui sont réelles et de ces cas à parts qui sont extrêmement graves. Sophie, pourquoi c'était important d'être là aujourd'hui? car il y a une souffrance qu'on ne voit pas. On se rend compte qu'ils souffrent, qu'ils n'osent pas nous le dire, qu'ils perçoivent une humiliation. C'est important de témoigner pour ça.
– EBollaert: Vous nous parlerez de votre père. Quel genre d'homme était-il avant son placement?
– Il était sportif et prenait soin de lui. Il allait voir ses collègues tous les après-midis. Il faisait de la planche à voile jusqu'à très tard. Il était en forme.