logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 13h55 sur France 2

– C'était pas possible. On ne pouvait pas. J'ai dit à mes collègues: "C'est pas possible, il faut qu'on écrive." J'ai fait un courrier etj'ai dit ce qu'il fallait faire. On n'a jamais eu de réponse. Tous mes collègues ont signé mais on n'a eu de réponse. Ce monsieur... C'était horrible. Ça été l'horreur.
– EBollaert: Ça vous est arrivé de vous détester, vous? De ne plus vous supporter?
– Oui. Le soir, c'était le pire Car on est 4 et on a 40 personnes à coucher. C'est terrible, mais on les jette dans leur lit. Moi, je n'avais pas Je disais "désolée, je fais vite, je ne peux pas faire autrement". Mais ça ne suffit pas. On les jette dans le lit. On les met, on les recouvre, on passe au suivant.
– EBollaert: Certains résidents vous ont déjà dit des choses? Ils vous ont déjà dit qu'ils étaient mal et qu'ils vivaient mal la façon dont ça se passait?
– Oui. Et on s'excuse. Moi, je m'excusais. Ils le voyaient.
– EBollaert: Psychologiquement, vous avez dû être très mal.
– Oui. Ça a été horrible. C'était une période horrible de ma vie. Je reviens à ce que vous disiez, il y a une maltraitance presque gouvernementale, où il n'y a aucune écoute sur ce besoin d'effectifs. Clairement, on n'a pas assez d'effectifs. Il y a aussi un manque de formations. A l'école d'aide-soignant, on va vous apprendre les gestes techniques et comment faire une toilette, mais à l'époque où j'ai fait ma formation, on ne va pas forcément vous apprendre la bienveillance. Ca, c'est quelque chose qu'on a en soi ou qu'on n'a pas. Je pense qu'il y a des soignants qui sont maltraitants car ils ne sont pas eux-mêmes bienveillants et que peut-être, pardon, mais c'est un boulot alimentaire. Et je ne pense pas que l'on puisse faire ce boulot-là juste pour manger. Pour moi, ce n'est pas possible. Je pense que la personne dont je parlais tout à l'heure, c'était purement alimentaire et ce n'était pas quelqu'un de bienveillant.
– EBollaert: 2 personnes vous ont beaucoup soutenues pendant cette période, ce sont vos 2 filles.
– Sans le savoir, mais oui.
– EBollaert: Sans le savoir, parce que vous les avez aussi protégées à votre manière.