logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 13h55 sur France 2

– Il est venu me voir en me parlant de la maltraitance que subissait sa mère. C'est un peu comme votre papa, sa mère lui disait: "Surtout, ne dis rien car ça va être pire". Et il n'a pas tenu l'engagement qu'il avait tenu auprès de sa mère, il est allé voir le directeur de l'EHPAD en question et il lui a dit que ce n'était pas possible de continuer comme ça. Le directeur de l'EHPAD lui a dit "vous pouvez prendre votre maman et vous pouvez partir ce soir, j'ai une liste d'attente de 50 personnes." C'est ça aussi, la difficulté. Les gens qui accompagnent leurs aînés sont coincés matériellement. Vous êtes avec un aîné que vous ne pouvez plus garder chez vous pour des raisons de dépendance, sinon vous seriez maltraitent vous-même parce qu'il n'aurait pas accès à ce dont il a besoin. Vous le mettez dans un établissement qui n'est pas conforme et pourtant, cet établissement, on vous dit "c'est pas grave, moi, j'ai d'autres gens".
– EBollaert: Comment je choisis, moi? Il n'y a pas d'études?
– Moritz Geiger : Par la mise en place de ce numéro, le 39 77, on est quand même, en France, des fous de la statistique, donc le 39 77 va sûrement permettre de répertorier les signalements et va pouvoir donner des indications sur les lieux qui sont plus ou moins propices à un bon séjour de nos aînés.
– Je reviens sur le 39 77. 80% des appels concernent des personnes qui sont à domicile. Pour répondre à votre question, je pense qu'on aura très peu d'indications sur des signalements dans les EHPAD. Si on veut vraiment mettre un terme à la maltraitance en EHPAD, pour moi, il y a la vidéosurveillance et il y a aussi la libération de la parole. Il y a aussi des mentions légales qui doivent être données aux familles. Quand on achète un pot de confiture, on sait combien de fraises, de sucre, on sait tout ce qu'il y a dedans. Vous entrez dans un EHPAD, on ne sait rien. Vous ne savez pas le nombre de soignants, il faut connaître le nombre de soignants, le budget dépensé parjour dans l'alimentation, le turnover. C'est le seul indicateur. Si vous avez un turnover très important, le personnel change tous les jours et on a beaucoup plus de maltraitance.