logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 6h30 sur France 2

– Le bon médecin généraliste, c'est essentiellement celui qui pose un diagnostic ou plusieurs hypothèses de diagnostic. Il ne doit pas s'arrêter aux symptômes. En revanche, le mauvais médecin généraliste est celui qui va donner un médicament par symptôme sans jamais se préoccuper la maladie va perdurer. J'ai reçu les résultats de votre IRM... Le bon médecin généraliste doit nécessairement avoir un carnet d'adresses bien étoffé. Si vous dites à quelqu'un qu'il doit passer un scanner, déjà quand vous dites le mot "scanner", le patient a peur. Il faut avoir la possibilité d'appeler un radiologue et de lui dire de faire passer ce scanner dans les plus brefs délais pour diminuer l'attente et l'angoisse. Cela permet d'avoir un diagnostic le plus rapidement possible. celui qui peut tout entendre sans jamais juger. Si quelqu'un vient avec des kilos en trop ou des comportements sexuels particuliers, si le médecin juge ce type de comportement, c'est terminé. Il doit y avoir une confiance absolue pour pouvoir traiter quelqu'un.
– J'ai arrêté de voir mon ancien médecin et donc de me soigner.
– Dr M.Ichou: Pourquoi?
– Je me sentais jugée par le fait que je fumais.
– Dr M.Ichou: Il n'est pas question de vous juger. Fumer, ce n'est pas une faute. C'est un peu comme un avocat qui doit défendre même les pires criminels. Le bon médecin, il doit soigner n'importe qui de la même façon sans aucun jugement.
– Laurent Bignolas : Pour en savoir plus sur le gendre idéal...
– B.-F.Cohen: Le livre du docteur M.Ichou.
– Laurent Bignolas : C'est un peu votre journée aujourd'hui parce que c'est la Journée de la femme digitale. On va voir qu'il y a encore du travail à faire pour faire évoluer les mentalités. En France, en 2017, les femmes ne représentaient qu'un tiers des salariés du secteur du numérique. Seulement 16 % d'entre elles occupaient des fonctions techniques. Dans ce secteur, la parité n'existe pas. S.Pignal s'est rendue dans une entreprise qui a décidé de changer la donne.
– S.Pignal: Ça se passe ici, dans une grande entreprise Ce matin, ce sont 23 élèves, âgés de 11 à 13 ans, qui sont venus s'initier au langage numérique.