logo Le moteur de recherche de la télé

Lève-toi et marche 2


diffusion le mercredi 17 avril 2019 à 0h25 sur France 2

– Marius n'a pas l'air, avec son sourire qui illumine son visage, mais c'est un écorché vif. C'est ça, qui me touche, chez lui. C'est aussi un vrai battant. Et ce n'est pas son fauteuil qui va l'empêcher de relever des défis ! Moi aussi, je suis un battant ! Je n'ai pas confiance en moi mais j'ai une putain de rage de vivre ! d'hospitalisation, je remarche ! Je boite, mais jamais les médecins n'auraient imaginé une telle récupération. Je vais à l'hôpital tous les jours mais je me rue au travail. On m'avait dit qu'il vaut mieux attendre quelques mois. J'ai attendu une semaine ! Je suis rédacteur en chef chez Spicee, site Internet de reportages et documentaires. Pendant 1 an, le matin, c'est rééducation, l'après-midi, conférence de rédaction. Le générique. J'envoie des reporters aux quatre coins de la planète. Je ne fais plus les reportages, je reste au bureau, vie tranquille. Enfin, ça ne va pas durer. A l'hôpital, il y en avait un qui voyait toujours la vie du bon côté. Avec son sourire en coin et sa crème Nivea à portée de main, c'est Adrien, 33 ans, "Pimpin", tétraplégique depuis un accident de motocross, dans sa jeunesse. 13 ans de fauteuil et pourtant, sa vie, aujourd'hui, il l'adore. *-Voie A, éloignez-vous de la bordure du quai, s'il vous plaît. *Le TER Aquitaine *en provenance de Bordeaux Saint-Jean entre en gare. *Voie A, éloignez-vous...
– C'est peut-être pour nous !
– Pimpin vit en Normandie, mais il passe beaucoup de temps à Périgueux, chez Brice le Ouf, vedette de la bande.
– Ah non, pas trop ! Pourtant, il y a la caméra, ça devrait... Mais non.
– Allez !
– Ouais, exactement ! Ça manque de place, hein !
– Comme Marius, Pimpin vit grâce à l'allocation adultes handicapés, 860 euros par mois. Ce n'est pas Byzance, mais ça lui suffit.
– J'ai une vie bien plus cool qu'un paquet de personnes qui sont valides.
– Tu penses ?
– Ouais ! Déjà, il y a un gros stress... Les valides, ils sont stressés, ils ont leur quotidien, le métro, le boulot et le reste. Il y en a plein qui se prennent la tête pour des broutilles. Quand tu manques de perdre la vie, qu'il t'arrive quelque chose de grave, tu relativises.