logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 20h00 sur TF1

capture
– Pour y parvenir, les pompiers vont les arroser sans relâche, alimentés par des bateaux-pompes amarrés sur la Seine à quelques mètres de là. A l'intérieur de la nef, la voûte menace toujours de s'effondrer. Les pompiers envoient alors leur petit robot piloté à distance pour aller au plus près du brasier.
– On peut, avec ces robots, s'engager dans le feu et avoir des caméras qui prennent des images et qui nous permettent d'avoir une vue d'ensemble sans engager du personnel.
capture
– Une aide précieuse pour une intervention hors normes. Près de 400 hommes ont été mobilisés sur un incendie qui marquera à jamais l'histoire des pompiers de Paris.
– Gilles Bouleau : Bonsoir, Michel Izard.
Vous êtes l'un des rares journalistes à avoir pu marcher dans cette extraordinaire charpente. Il y a quelques jours, vous tourniez des reportages pour les journaux de TF1. Que ressent-on lorsqu'on marche sur des pourres de chêne qui datent de l'an 800, du temps de Charlemagne?
– Michel Izard : En 1200, quand on voulait construire une cathédrale solide, on prenait des vieux arbres qui avaient déjà eux-mêmes plus de 400 ans. Nous avons revêtu des combinaisons, des masques pour filtrer les poussières et nous sommes entrés dans ce lieu. C'est difficile et douloureux de se dire qu'aujourd'hui, il a entièrement disparu. Parce que c'est un endroit secret où les gens de Notre-Dame, le personnel n'entrait que très peu, à part pour des travaux ces derniers temps. Et c'est l'endroit où Quasimodo allait se réfugier pour rêver d'Esméralda. Nous sommes dans une partie où les pourres datent du début du XIIIe siècle. Nous sommes à 35m, au-dessus de la voûte, sous cette couverture de ciment. Là, nous sommes au milieu de la cathédrale, sous la flèche, avec cette architecture de charpente extraordinaire, ce qu'on appelle la forêt, qui monte en s'éfilant jusqu'à 93m de hauteur. Grâce à ces images, on respire encore un peu, une dernière fois, le parfum secret de Notre-Dame.
– Gilles Bouleau : Merci. Il y a quelques jours seulement, vous étiez en tournage dans cette "forêt". Quel que soit le mode de reconstruction, on ne retrouvera jamais du chêne aussi ancien.
capture