logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 20h00 sur TF1

capture
–  G.Bouleau: On retrouve en direct Ani Basar. 50 enquêteurs ont été mobilisés à plein temps pour tenter d'élucider le mystère de cet incendie. Un élément les intrigue particulièrement: une 1re alerte incendie aurait été donnée
– A.Basar: Exactement. A 18h20, 1re alerte. Aucun départ de feu n'est repéré. 13mn plus tard, 2e alerte. C'est là qu'on constate l'incendie. Les enquêteurs s'interrogent.
Pourquoi n'a-t-on rien vu après la 1re alerte? Ces 2 alertes ciblaient-elles la même zone? Ces zones d'ombre sont au coeur du dossier. Mais les enquêteurs veulent comprendre l'origine de l'incendie, et c'est là que ça se complique. Plusieurs dizaines de personnes doivent être entendues, et notamment tous les ouvriers du chantier. Près d'une cinquantaine d'enquêteurs sont mobilisés. L'enquête s'annonce longue et difficile. Une enquête hors normes, nous confie un proche du dossier.
capture
– Gilles Bouleau : Merci. Le combat des pompiers contre l'incendie a duré 9 heures. La tâche était complexe, car le bâtiment en lui-même et les trésors qu'il recèle sont d'une très grande fragilité et d'une valeur inestimable.
– Agir vite, avancer coûte que coûte, au sol et dans les airs, pour sauver ce qui peut encore l'être. Hier soir, les pompiers de Paris ont fait face à un défi immense.
Comme un symbole, la flèche de la cathédrale et ses 96m est hors de portée de leurs lances à eau. Même la toiture en feu est bien difficile à atteindre pour des hommes perchés à 30m du sol. Attisé par un fort vent d'est, le brasier s'étend, mais l'intervention de Canadair ou d'hélicoptères ferait encore plus de dégâts. Il faut alors accepter de perdre le toit dans les flammes pour sauver les murs de Notre-Dame.
– Faire en sorte de ne pas envoyer trop d'eau sur la structure pour ne pas fragiliser l'ensemble de cette structure.
– La mission du commandant des opérations de secours est de faire la part du feu, de sauver ce qui est solvable, et abandonner une partie de la toiture car on ne pouvait plus rien faire.
capture