logo Le moteur de recherche de la télé

Demain nous appartient


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 19h20 sur TF1

capture
– J'ai pas envie. c'est encore moi. On est encore enfermés, et on veut pas y passer la nuit. Rappelle-moi, s'il te plaît, merci.
– Au pire, on dort sur le ring, ce sera moins dur que le sol.
– Ou on demande aux pompiers de nous délivrer.
– Pour qu'ils défoncent la porte ? On va pas faire ça à Fred. Je pense qu'il faut qu'on se fasse une raison. Il doit être au fond de son lit avec 40 de fièvre. Il écoutera tes messages demain.
– Tu vas nous porter la poisse.
– On est coincés ici un bon moment. Mais bon... C'est peut-être pas si dramatique.
– Amanda, on ne peut pas. Musique douce
– En tant que surveillant pénitentiaire, vous n'avez pas le droit de vous lier avec un détenu.
– Je sais, c'était con de fréquenter Hugo.
– Vous l'avez fait quand même.
– J'ai pas choisi de tomber amoureux. J'ai géré commej'ai pu.
– Vous pouvez être poursuivi à cause de cette relation.
– Avec Hugo, on s'est rencontrés en prison. Mais on est sortis ensemble après, quand il a été libéré.
– C'est une relation sérieuse ?
– Je le croyais, oui. Maintenant, on est séparés.
– Depuis longtemps ?
capture
– Depuis la semaine dernière. C'est lui qui a rompu.
– Vous étiez au courant qu'il a recommencé les cambriolages ?
– Evidemment que non. Je suis assermenté. Si j'avais su quelque chose, j'aurais prévenu vos services.
– Vous n'aviez rien remarqué ? Pourtant, des téléphones volés étaient stockés dans son van.
– Ca, je le savais pas.
– Ou vous n'aviez pas envie de dénoncer votre amant.
– Peut-être qu'il y a des choses que je n'ai pas voulu voir.
– Quelles choses ?
– Par exemple... Hugo dépensait sans se poser de questions, en cash surtout.
– Ça ne vous a pas paru bizarre ?
– Il disait qu'il enseignait le kite. Si vous connaissiez vraiment Hugo, vous sauriez qu'il ne répond jamais clairement aux questions.
– Quand on l'a interrogé, il était coopératif.
– Oui.
– Ah bon ?
– Ça vous étonne, peut-être ?
– Je pense qu'il vous a baladés. Je peux me tromper. Vous connaissez votre métier.
– Autre chose à ajouter, M. Humbert ?
– C'est vrai qu'avec le recul, je me dis que j'ai été naïf avec Hugo. Il recevait des coups de fil tard le soir. Il me disait jamais où il allait.
– Ça ne vous dérangeait pas ?
– Quand on est amoureux, on est un peu aveugle. Musique mystérieuse Musique douce
– C'est lui, Sacha ?
– Ouais. On avait fait une balade en amoureux.
– Vous avez passé de bons moments malgré tout.
– Je lui en ai voulu de m'avoir quittée à cause de ses parents. Je l'ai trouvé lâche, mais...
– Mais t'étais amoureuse de lui. On s'entendait si bien au début.
– Quand t'as vu Nicolas, tu lui as pas parlé de César ? Je voulais pas que les parents de Sacha soient au courant.
– Sachant qu'il est mort, tu ne vois pas les choses autrement ?
– Non. Je me suis retrouvée à la rue, à cause d'eux. Je suis pas près de leur pardonner.
– Ils ont pu changer après cette perte.
– Ils ne se remettront pas en question.
– Comment le sais-tu ?
– Ils sont tellement prétentieux ! T'as pas envie qu'ils interviennent dans la vie de César.
capture