logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 17h45 sur France 5

capture
– Quand vous voyez la flèche s'effondrer, ça vous touche tout particulièrement? Elle est toujours debout malgré tout.
– M.-A.Tek: Oui. On rattache toujours l'édifice religieux à la pierre. Je crois que le fait que la pierre soit là, ça nous rassure. On se dit que tout n'est pas perdu. Hier, je n'étais pas architecte en regardant les flammes. J'étais parisienne, croyante. C'est ce matin, avec la gueule de bois, que j'ai réalisé ce qui s'était passé. Hier soir, on était dans l'émotion. La technicienne que je suis n'était pas réveillée.
– César Roux : Aujourd'hui, vous vous dites que l'essentiel est sauvé?
capture
– M.-A.Tek: J'ai l'impression. La maçonnerie et les tours sont là. C'est symboliquement fort. Le feu est passé. En tant qu'architecte, on sait qu'ily a des ennemis notoires comme le feu et l'eau. L'eau a été diffusée en grande quantité hier.
– César Roux : Ça joue sur quoi?
– M.-A.Tek: C'est du poids sur les voûtes et la maçonnerie.
L'architecture gothique, c'est un château de cartes. Ça tient à un équilibre C'est une forme logique et induite. Si on supprime une vertèbre de notre squelette, tout peut être déséquilibré. Les choses sont maintenant cadrées et il faut conforter une structure fragile qui a souffert de désordres, de trombes d'eau. Il faut prier pour qu'il ne pleuve pas tout de suite.
– César Roux : Techniquement, qu'est-ce qu'on fait? Comment pouvez-vous apprécier une situation? Il ne reste pas grand-chose.
– M.-A.Tek: On nous demande des réponses dans l'instant. Je crois qu'il est encore trop tôt pour connaître l'ampleur des désordres. C'est un diagnostic technique qui prendra du temps. Il faut analyser ce qui est tombé et ce qui reste debout. Tout cet équilibre précaire doit être conforté, analysé. Le diagnostic va durer de longs mois. Il est encore trop tôt pour savoir ce qui va advenir...
– César Roux : Toujours debout malgré tout, mais sans doute fragile.
capture