logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 17h45 sur France 5

capture
– César Roux : Bonsoir. Nous attendons vos questions. Plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre 2 clochers avec des tourbillons d'étincelles... C'était du V.Hugo et le roman est devenu triste réalité, hier soir. Depuis, l'émotion s'est emparée de tous les Français devant l'incendie de Notre-Dame, ce monument symbole de notre histoire. Sidération à Paris et partout dans le monde, des Etats-Unis à la Russie. La cathédrale est classée au patrimoine mondial de l'Unesco et est visitée chaque année par plus de 13 millions de touristes. Les dons affluent depuis hier.
En quelques heures, ce sont déjà 700 millions d'euros qui ont été réunis. Les dégâts sont considérables et la reconstruction ressemble surtout à un défi. Avec nous pour en parler ce soir, C.Barbier, éditorialiste politique à L'Express. I.de Gaulmyn, vous êtes rédactrice en chef au journal La Croix. M.-A.Tek, vous êtes architecte et ingénieure du patrimoine et des monuments historiques parisiens. M.Zink, vous êtes professeur au Collège de France. Vous avez publié de nombreux ouvrages sur le sujet. Bonsoir et merci de participer à cette émission. On va revenir sur l'histoire de Notre-Dame, sur notre histoire à nous, sur l'effet de sidération qui a fait le tour du monde. Comment expliquer l'émotion collective?
capture
– Claudio Barbier : C'est une triple émotion. Ily a une émotion cultuelle, culturelle et une émotion plus profonde, à la fois politique et littéraire. C'est V.Hugo, Notre-Dame... Il y a eu la Révolution française qui a essayé de vendre cette église ou qui a même essayé de la brûler. Au moment des communards, on avait mis des bancs pour en faire une sorte de bûcher. Il n'y a pas eu que du léger. 4 mois avant le général dé Gaulle, c'est le maréchal Pétain qui était acclamé dans la cathédrale.
– César Roux : C'est un monument qui se confond avec notre histoire.
– Claudio Barbier : Et c'est le berceau de la capitale. Quand on commence à la construire, toute la France était là. Le roi habitait à 2 pas.
– César Roux : Comment les croyants ont-ils réagi?
capture