logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 17h45 sur France 5

– On peut avoir la documentation nécessaire. Des relevés ont été faits.
– César Roux : Le défi n'est pas technique? On sait reconstruire à l'identique.
– M.-A.Tek: Oui.
– César Roux : I.de Gaulmyn a un avis.
– I.de Gaulmyn: Je ne sais pas. Quand on pense philosophiquement, est-ce qu'on peut faire un musée ou une église? Est-ce qu'on ne pourrait pas imaginer d'avoir dans cette nouvelle cathédrale des éléments modernes qui expriment cette foi, pas forcément la foi catholique, mais cette spiritualité de manière un peu moderne. Je trouverais dommage qu'on en fasse un musée. Au Moyen Age, c'étaient leurs tripes et leur vie. Je trouverais dommage qu'on fasse une photocopie.
– César Roux : M.Zink? Vous êtes d'accord?
– Michel Zink : Oui et non. Lorsqu'elle a été construite, on n'avait pas ce souci de préservation. Il y avait une autre cathédrale sous l'invocation de saint Etienne. Ils en ont fait une neuve à la place. Les sensibilités ont changé. Le mélange du culturel et du religieux est trop compliqué pour qu'on puisse dire qu'on va suivre l'élan de la foi. Je ne crois pas qu'il soit possible de faire un toit en béton sur Notre-Dame. Nous ne pouvons pas tenir compte uniquement des croyants qui disent que Dieu n'habite pas une maison faite de mains d'hommes. Nous aimons Notre-Dame telle que nous la connaissons. Il est légitime de vouloir la retrouver de transformer Notre-Dame en cathédrale russe.
– César Roux : Ce n'était pas prévu.
– Claudio Barbier : Celle d'Evry est plutôt réussie, parmi les cathédrales modernes. 210 tonnes de plomb sont-elles vraiment nécessaires? Est-ce qu'on peut trouver aussi esthétique et un peu moins non écologique? On peut laisser les Français décider.
– César Roux : E.Macron s'exprime à 20h Ça peut devenir un enjeu politique.
– Claudio Barbier : C'est symbolique et ça ne peut être que politique. Il faut commencer à organiser toutes les bonnes volontés. Il faut commencer à avoir l'organisation d'un protocole de reconstruction. Il faut peut-être aussi tenir compte du climat dans lequel on est. Ce n'est pas au président de la République de dire aux "gilets jaunes" de ne pas venir samedi, mais dans un moment où le pays s'est autant déchiré, on voit qu'il est capable de se réunir, de débloquer 700 millions d'euros, certains donnant 1 euro et d'autres des centaines de millions. Il n'est pas capable de faire ça pour les migrants, les SDF. Ça doit nous interroger.
– César Roux : Ce sont les premiers et les derniers de cordées qui ont donné. Nous revenons à vos questions. Question.
– Claudio Barbier : Quiconque viendrait dire "Notre-Dame, c'est moi", ce n'est pas possible. Les commentaires ont été très sévères envers les politiques qui ont commencé à esquisser un "ce n'est peut-être pas un accident mais un attentat".
– César Roux : Question. On a parlé de 10 ans.
– M.-A.Tek: Il faut raisonnablement parler de 15 ou 20 ans. Le temps de la réflexion peut être presque plus long que celui du chantier.
– M.-A.Tek: On a une sensibilité qui n'est pas encline à la reconstruction. On aime en généra