logo Le moteur de recherche de la télé

Enquête sur les prédateurs terrestres


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 15h45 sur France 5

capture
– Ce n'est pas un nid à bactéries.
– Alors, qu'est-ce qui affecte autant les proies? Pour avoir la réponse, Fry a scanné des têtes de dragons de Komodo. Ses conclusions sont étonnantes.
– Ces organes rouges et roses sont des glandes à venin très sophistiquées. Quand le dragon de Komodo mord, le venin est expulsé dans la blessure. Maintenant que nous savons que les dragons de Komodo sont venimeux, on peut en déduire que le megalania l'était également.
capture
– Cela fait de megalania la plus grande espèce venimeuse de l'histoire. Pour étudier les effets du venin, celui de l'un de ses cousins, le varan bigarré.
– Je vais maintenant passer doucement mon doigt le long de la glande pour que le venin sorte des poches qui le contiennent.
– Puisque tous les varans contiennent le même type de venin, celui de megalania agissait certainement de la même façon.
– Voilà, j'ai récolté moins d'1/10e de millilitre. megalania, lui, aurait rempli 4 ou 5 de ces contenants.
– De retour au laboratoire, il est temps de voir quel effet le venin a sur le sang. B.Fry verse 5ml de sang dans chaque bol. Puis, il ajoute une simple goutte de venin dans l'un des 2. Dans le cas d'une blessure classique, des plaquettes s'accumulent au niveau de la lésion et forment un bouchon fibreux, ou caillot, qui arrête le saignement en une vingtaine de minutes.
– Une demi-heure s'est écoulée, ce qui est largement suffisant pour que le sang coagule. Si on regarde mon sang pur et sain, on voit qu'il s'est comporté normalement. Il a formé un beau caillot. Donc le saignement se serait arrêté. Maintenant, regardons l'autre échantillon. Dans ce cas, comme vous voyez, il est toujours liquide après le même laps de temps. Si je le verse, regardez... Si c'était une blessure, elle continuerait de saigner. Il n'y a pas de coagulation.
capture