logo Le moteur de recherche de la télé

Enquête sur les prédateurs terrestres


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 15h45 sur France 5

capture
– En plus de ses dents, les os du crâne de megalania sont soudés pour le renforcer et le bout du museau est courbé vers le haut comme celui d'un crocodile.
– Ce museau retroussé permettait à megalania de serrer sa proie dans sa mâchoire comme un étau. La seule façon de s'en sortir était de perdre un gros bout de chair. Le nom de cet animal, megalania, signifie éventreur géant en latin et ça lui va à merveille.
capture
– Cet éventreur géant de 580kg était 6 fois plus lourd Avec sa mâchoire grande ouverte, il pouvait arracher un morceau de chair de 30cm de diamètre. Une telle morsure s'avère utile quand on chasse un diprotodon, un marsupial de la taille d'un rhinocéros qui pèse plus de 2,5t. Mais des dents tranchantes ne suffisent pas à attraper un animal 5 fois plus gros que soi. Bryan Fry est erpétologue. Ce spécialiste des batraciens et des reptiles pense qu'on peut découvrir comment il chassait en observant des espèces voisines.
– Voici un varan. C'est un cousin de megalania et comme on peut le voir, ces animaux sont des machines à chasser. Ses griffes sont comme les serres d'un aigle. Il a de grandes oreilles pour bien entendre et une vue exceptionnelle. Il a aussi une langue fourchue comme celle d'un serpent qui l'aide à sentir les odeurs et repérer les proies.
– Les 2 branches de la langue servent à déterminer l'origine des particules odorantes. Si la fourche de droite détecte plus de particules, le varan sait que son repas se trouve dans cette direction. La langue de megalania était un atout précieux pour chercher des proies. Lorsque venait le moment d'attaquer, il employait son arme secrète. Les scientifiques savent désormais comment il parvenait à terrasser des animaux de la taille d'un diprotodon. Il disposait d'un attribut qui le démarque des autres créatures de ce classement. Et qu'on retrouve chez son plus proche descendant, le dragon de Komodo. On a longtemps cru que ces reptiles cultivaient des bactéries dans leur salive pour favoriser les infections, mais B.Fry n'est pas convaincu par cette explication.
– La dernière fois que j'ai regardé dans leur gueule, les dents étaient blanches et brillantes et les gencives roses et saines.
capture