logo Le moteur de recherche de la télé

Le magazine de la santé


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 13h40 sur France 5

capture
– A cette période, les jeunes filles mettent des piercings, des boucles d'oreilles. Certaines vont même recouvrir ce corps. On découvre une foi, une croyance et on recouvre le corps. Chez les garçons, ce sera plutôt des tatouages. Ça participe toujours d'un sentiment d'appartenance. On se sert du corps pour marquer qui l'on est. 85 % des adolescents se sentent bien dans leur peau.
capture
– Fabien Doguet : C'est plutôt encourageant. Les adolescents peuvent donc explorer la sexualité.
– Pr. P.Duverger: C'est l'âge où la sexualité prend beaucoup de place. Ça vient du latin "secare", qui signifie "écarter". On devient garçon ou fille. Ça pose aussi la question du genre. Au niveau du corps, ça pose cette différenciation. C'est assez étonnant à partir de là. Le jeune se rend compte qu'ilvit un sentiment d'incomplétude. Il ne peut pas être tout. Cette incomplétude nécessite quand même le besoin de l'autre.
A cet âge, il faut rencontrer l'autre et faire un détour par l'autre. C'est toute la question de la découverte du plaisir, de la reconnaissance de ses émotions. C'est très important. On voit comment les émotions peuvent nous échapper. C'est l'âge de la pudeur, de la honte, de la rougeur. Je me souviens d'un jeune à qui j'ai demandé si ça lui était arrivé de tomber amoureux. Il avait rougi comme un gyrophare. C'est aussi l'âge de l'amour, du désir avec ses aléas. Etre amoureux, c'est être en danger.
capture