logo Le moteur de recherche de la télé

Le magazine de la santé


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 13h40 sur France 5

capture
– On dénonce ces dérives depuis longtemps. Pourquoi on ne fait rien?
capture
– Mercedes Renard : Ce n'est pas facile. Cela a été supprimé puis rétabli. L'argument principal est toujours le même: si on supprime le secteur privé à l'hôpital, les meilleurs médecins vont partir à l'étranger dans les cliniques privées pour être mieux payés. Il est vrai qu'ily a de grosses différences de revenus entre l'hôpital public et les cliniques privées. Mais ily a de très grands médecins qui restent à l'hôpital public. P.Duverger sait de quoi je parle. Il reste à l'hôpital sans faire de dépassements d'honoraires. On peut soigner à l'hôpital public, faire de la recherche et enseigner. Pour beaucoup de médecins, cela n'a pas de prix. Un autre élément du débat, c'est que ces dépassements font rentrer de l'argent dans les caisses des hôpitaux par le biais des redevances.
Ce ne sont pas des sommes astronomiques, mais vu l'état des finances des hôpitaux actuellement, on ne crache pas dessus. Depuis quelques années, on essaie de mieux contrôler ce secteur privé. Ily a des commissions de l'activité libérale dans chaque hôpital. Les médecins doivent déclarer précisément le nombre d'actes qu'ils font en privé pour que ce ne soit pas au détriment de l'activité publique. Ça ne marche pas super bien. L'autodiscipline, ce n'est pas toujours très simple. Les sanctions sont un peu rares. C'est presque une question philosophique qui se pose. Quel est le système de soins que l'on veut? Est-il acceptable d'avoir une médecine à 2 vitesses? C'est un vaste débat que l'on ne va pas régler aujourd'hui. Ily a quelque chose qui est très important: aucune étude n'a montré que les médecins qui font sont plus compétents que les autres. Ce n'est certainement pas un gage de qualité.
– M.Carrère d'Encausse: Tout à fait d'accord. Merci beaucoup pour cette précision. On va maintenant parler du syndrome de Kleine-Levin, le syndrome de la Belle au bois dormant. Les patients subissent de longues périodes de sommeil, parfois plusieurs semaines.
capture