logo Le moteur de recherche de la télé

Entrée libre


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 13h05 sur France 5

capture
– Je l'ai découvert comme tout le monde, en voyant le film. La version que préfère le moins Bergman, c'est-à-dire la version coupée de la série télévisée. Et après, j'ai lu le roman, un petit bijou de littérature, très dialogué. Et après, la version télé, qui est très proche du roman, mais qui a encore plus de dialogues. C'est un hommage à la création, à son métier.
– Le réalisateur prolifique de 40 films, du "Septième sceau" à "Persona", a mis en scène tout autant de pièces de théâtre.
– C'est un homme qui a tellement écrit, réalisé et privilégié le théâtre, parce qu'il avait dit qu'il pourrait arrêter de faire du cinéma, mais du théâtre, non, que c'est tellement foisonnant en terme de création. Ça épouse tellement de périodes. Il est tellement passionné par les auteurs comme Ibsen et Strimberg. Arriver au répertoire et dans l'institution était une suite logique.
capture
– On sent bien que dans toute son oeuvre, ily a cette intimité avec le théâtre, avec les acteurs, les actrices.
– Attends, la musique, là, je vais Si on la baisse, elle n'existera Donc on la supprime. Ca, c'est fait.
– Bergman s'interroge sur les masques et les rôles que portent les acteurs sur scène ou dans la vie. Une frontière mince entre conte et réalité avec laquelle Julie Deliquet s'amuse à son tour, au point de troubler le spectateur.
– Cet acteur ou cette actrice que l'on connaît, puisque ce sont des acteurs de la Comédie-Française, quand ils parlent de leur métier, même si on sait que c'est leur personnage qui parle, on ne peut pas oublier qu'ils sont réellement acteurs.
– Si vous, par exemple, madame, c'est que je suis bonne. Ça me fait très plaisir. Mais si vous, mademoiselle, vous pensez que je suis mauvaise, je vous crois aussi, c'est que je suis mauvaise. Et là, j'ai le moral qui s'effondre.
– Il y a cet aller-retour entre le vrai et le faux qui fait que l'oeuvre est dingue pour ça. Brouiller les pistes, pendant les répétitions, je n'ai fait que ça.
capture