logo Le moteur de recherche de la télé

Entrée libre


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 13h05 sur France 5

capture
– C'est très réjouissant. C'est assez optimiste.
– S.Azéma: J'étais contente qu'on nous propose, à André et à moi, de jouer un couple en forme, heureux de vivre, et pas des croulants qui sont proches de la maison de retraite.
– Claire Chazal : Ils s'entretiennent, ils font du golf.
– S.Azéma: Oui. Ils sont bien et l'enfant est parti. C'est une nouvelle jeunesse. On est comme des fiancés. Et ça ne va pas durer.
– Claire Chazal : C'était évidemment étrange, cette situation. Des parents qui aiment leur fils finissent par détester le fait qu'il s'incruste. C'était dans le 1er volet et ça y est aussi aujourd'hui. C'est féroce d'être un parent qui veut rejeter son fils et ne plus vivre avec lui.
– S.Azéma: Heureusement que c'est féroce, parce qu'autrement, le film serait mièvre. Et après, ce n'est pas normal qu'un fils de cet âge-là se retrouve chez ses parents.
capture
– Claire Chazal : Mais il n'est pas un peu fou, ce Tanguy?
– S.Azéma: C'est mon enfant, on ne va pas en dire du mal. Il est très sérieux etje l'ai mal Je pense que les parents sont souvent responsables de ce que deviennent les enfants. Je ne suis pas psychiatre, mais quand je l'observe, je me dis que l'on a peut-être fait une faute, André et moi.
– Claire Chazal : On est bien obligé de se le dire. La qualité du film tient aussi au couple que vous reformez, et même au trio, avec André Dussollier et Eric Berger. Nous sommes heureux de vous retrouver tous les 3. Ils nous ont parlé de vous.
– S.Azéma: A' l'e.
– Qu'est-ce qu'il pourrait y avoir maintenant, dans la tête de Sabine Azéma? Beaucoup de monde.
– Ah oui.
– Ce n'est pas dans la tête, mais elle le fait beaucoup mieux.
– Ça doit passer par la tête quand même à un moment.
– La dernière fois qu'elle m'a parlé comme ça, c'était émouvant parce que c'était très inattendu. Elle m'a dit qu'elle avait pleuré en voyant Michel Serraultjouer "La Cage aux folles" au cinéma.
– Ne pleurniche pas, je t'en supplie.
– Mais si, quand même, parce que j'ai cassé ma biscotte.
– C'était tout à fait inattendu. Mais tellement iljouait bien qu'elle avait été émue.
capture