logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 22h40 sur France 3

capture
– C'est le "Duel éco" du Soir 3. Bonsoir Christophe Ramaux et Etienne Lefebvre. Qui doit payer pour Notre-Dame de Paris, qui a les moyens de payer?
– C. Ramaux : On n'est pas qu'un amas d'individus, on vit en société, on est enracinés dans une culture, un patrimoine, c'est normal qu'il y ait un engouement. Ce qui gêne un peu, ce sont les sommes annoncées... Cela peut écraser quelque peu les donations du peuple...
capture
– E. Lefebvre : L'Etat est propriétaire, c'est à lui de piloter le financement des travaux. Il va y avoir sans doute une conférence des donateurs et on voit aujourd'hui qu'ily a un grand élan, je m'en félicite plutôt. On a parlé des grandes fortunes, qu'aurait-on dit si elles n'avaient pas fait de geste aujourd'hui? Il faut un appel à la contribution générale et il n'y aura aucun problème pour financer puisque la mobilisation est formidable. Il faut se poser la question des autres monuments. Il y a 86 cathédrales à la charge de l'Etat qui ont beaucoup plus de mal à se financer.
– Est-ce qu'il faut encourager les dons de manière fiscale?
– C. Ramaux : Le mécénat fiscal, c'est quand un riche milliardaire verse 100, c'est en fait le contribuable qui paie 60... C'est pour les entreprises. Pour les particuliers, c'est 66%. Les riches depuis quarante ans paient de moins en moins d'impôts. L'Etat a moins de ressources... Donc les riches peuvent faire du mécénat, comme ça ils ont le pouvoir et ils peuvent avoir le sentiment de bienfaisance. Ensuite, ils réduisent tout cela de leurs impôts... Ils arrivent à faire de la pub un peu gratuitement...
– Il faut donc faire attention aux déductions fiscales? Je pense que le système français est aujourd'hui déjà un des plus généreux au monde, et il fonctionne bien. Ça a permis de financer bien davantage, pas que la culture mais les associations aussi. Bien sûr, les entreprises y trouvent un intérêt, c'est de la communication, mais c'est le jeu, c'est le but. Aujourd'hui, 100 euros sont mis, l'Etat fait 60 euros de ristourne fiscale. Mais c'est plus efficace que si c'est l'Etat qui doit payer les
capture