logo Le moteur de recherche de la télé

Un si grand soleil


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 20h40 sur France 2

– Premier volet: redonner du pouvoir d'achat, à commencer par les retraités. Les pensions de moins de 2000 euros seraient réindexées sur l'inflation, c'est-à-dire alignées sur la hausse des prix à partir de janvier prochain. Cette année, elles ont augmenté loin de l'inflation, 1,8 %. Des gestes aussi pour les classes moyennes. La prime de 1000 euros, décidée fin décembre, serait pérennisée et resterait défiscalisée, et sans cotisations sociales. L'impôt sur le revenu devrait baisser. Pour financer ces mesures, des niches fiscales seraient supprimées et les actifs pourraient travailler davantage. Et puis, coup de pouce pour les mères célibataires avec des pensions alimentaires garanties par l'Etat. Autre priorité: les services publics. Un cap est fixé. Pas de fermeture d'écoles ni d'hôpitaux jusqu'à la fin du quinquennat et une promesse: moins de fonctionnaires à Paris et davantage sur le terrain. Dernier volet: la démocratie participative, chère aux "gilets jaunes". Ils veulent le référendum d'initiative citoyenne. Il serait limité au sujet d'intérêts locaux. Le référendum d'initiative partagée serait simplifié. Il est prévu par la Constitution, mais n'a jamais été mis en oeuvre. Enfin, moins d'élus et un scrutin plus représentatif. Une dose de proportionnelle pourrait voir le jour lors des élections législatives.
– A.-S.Lapix: Autre mesure radicale et symbolique que le président envisagerait: la suppression de l'ENA. L'Ecole nationale d'administration a souvent été accusée dans les débats de formater de hauts fonctionnaires coupés des réalités.
– Cette école appartiendra-t-elle bientôt ferait partie des pistes envisagées par l'exécutif. L'ENA a été créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par le général de Gaulle pour former et cadres de l'Etat. Les énarques travaillent ensuite notamment à la Cour des comptes, au Conseil d'Etat ou à l'Inspection des finances. parfois jugés déconnectés par les détracteurs de l'école. Certains Strasbourgeois, où se trouve l'ENA, ne verraient donc pas d'inconvénient à sa disparition.