logo Le moteur de recherche de la télé

JT, journal télé, informations

Journal 20h00


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 20h00 sur France 2

– Ils quittent le parvis sous les applaudissements de la foule reconnaissante.
– A.-S.Lapix: 400 pompiers ont été mobilisés sur cet incendie si compliqué à combattre. Il fallait éteindre les flammes sans fragiliser l'édifice, mettre en péril certaines oeuvres, des tableaux, mais aussi des murs, des statues, des pierres... Pourquoi était-il si délicat d'intervenir sur ce monument vieux de 8 siècles?
– Pour sauver Notre-Dame, une course contre les flammes et contre la montre. Lances à incendie à bout de bras, les 400 pompiers mobilisés ont dû lutter sur plusieurs fronts, à l'extérieur et à l'intérieur de l'édifice. L'accès était-il difficile? C'est surtout la taille de la cathédrale, 70 m de haut, qui a rendu leur progression périlleuse.
– Une vingtaine de sapeurs-pompiers sont montés dans un escalier très étroit, avec des tuyaux, des bouteilles d'air comprimé. Ils sont passés par des Chatières, en rampant. Ils ont établi des moyens hydrauliques, des lances qui ont permis de contenir l'incendie, de le repousser hors du beffroi.
– Ils n'ont pas pu empêcher l'effondrement des 1000 m2 de toiture à l'intérieur de la nef, provoqué par la chute de la flèche. Le bâtiment était-il alors fragilisé au point de rendre impossible dans certaines zones l'intervention des soldats du feu? Le problème, c'était le poids de l'eau. Cela menacait les structures en bois qui soutiennent celles en pierre. C'est donc ce robot, muni d'une caméra thermique et d'une lance, qui a opéré au coeur de la cathédrale. Face au brasier, des Canadair auraient-ils été plus utiles? Selon les pompiers, ce n'était pas approprié.
– On ne peut absolument pas utiliser un Canadair. On est en plein centre-ville. On est au milieu de la cité. Le poids de l'eau projetée à plusieurs dizaines de mètres de hauteur aurait fracassé l'ensemble de la toiture et aurait occasionné beaucoup que d'effets favorables.
– 15 heures de lutte acharnée pour maîtriser l'incendie. Selon les autorités, à un quart d'heure près, l'édifice vieux de 800 ans n'aurait sans doute pas pu être sauvé.