logo Le moteur de recherche de la télé

Affaire conclue, tout le monde a quelque chose à vendre


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 17h05 sur France 2

– Vous avez des petites inclusions. C'est du verre pressé et moulé. Ce système de rétroéclairage permet de sublimer les matières. C'est une bonne idée.
– Sophie Davant : On peut baisser la lumière pourvoir encore mieux? Reculez un peu la lumière.
– Helen Hessel : Plus vers la tête. Voilà. On se rend compte de la matière, tout à fait intéressante.
– Carole: Selon l'éclairage, on a un aspect mystérieux, vivant.
– Helen Hessel : Elle est signée. Marius-Ernest Sabino est l'auteur de cette très jolie sculpture. C'est signé à la pointe dans la masse. Ce n'est pas très lisible. Sabino est un très grand verrier. Il est né en 1978 en Sicile, mais sa famille s'installe à Paris à partir de 1882. Il va suivre une formation en France. Il va être élève aux Beaux-Arts et à l'Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs. Son 1er métier a été de réaliser des luminaires. Cette production va s'étendre et se développer. Autour des années 1920, il va créer une série de vases et de sculptures avec une technique particulière: le verre pressé-moulé. C'est une technique assez similaire à celle de René Lalique. Le grand public connaît bien l'oeuvre de Lalique, mais connaît mal Sabino, qui a autant de talent que R.Lalique. Il a fait des oeuvres d'une très grande poésie. Nous avons ce buste de jeune femme, créé vers 1929 et édité avec cette technique. Sabino faisait très attention à la couleur des verreries. Là, c'est très légèrement bleuté.
– Sophie Davant : Pourquoi le vendez-vous?
– Carole: Parce qu'on a un projet de partir d'ici 2 ou 3 ans en Espagne. Ça va aider au déménagement, et d'autre part, ce buste, ma mère me l'a donné, mais elle a besoin de soins. C'est pour payer ses soins.
– Sophie Davant : Un bel objet.
– Helen Hessel : C'est plein de poésie. J'aime beaucoup. C'est un modèle créé vers 1929. Sabino meurt en 1961 et son fils continue de produire des oeuvres d'après les moules de son père C'est une oeuvre qu'on a pu rééditer. Pour moi, ce n'est pas une version des années 30. Elle est un peu plus tardive, sûrement dans les années 50.
– Carole: Non. Ma mère l'a vu arriver...