logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 13h55 sur France 2

capture
– Quand vous avez 23 ans et que vous demandez 50 francs pour sortir le soir et qu'en sortant de ça, vous avez 50 000 euros sur votre compte bancaire...
– EBollaert: Vous avez flambé un peu?
– Jean-Pascal: J'ai tout cramé!
– EBollaert: Ça parle à Wilfried.
– Jean-Pascal: J'ai fait plaisir à mes amis, donné le sourire à des copains... il y a toujours des gens autour, mais on ne peut pas l'empêcher. Inviter ses parents au restaurant, leur payer des vacances... Il n'y a pas de dépenses inutiles. Si on fait plaisir aux gens...
capture
– EBollaert: Vous n'avez pas fait de folies, acheté une grosse voiture...
– Jean-Pascal: Si, j'en ai acheté plein! J'ai vécu 5 ans comme un roi. Je me suis fait plaisir. Je ne regrette rien.
– EBollaert: Vous aviez 20 ans. Vous étiez tellement jeune pour cette immense notoriété... J'ai eu l'occasion de vous suivre en tant que journaliste à l'époque. On ne se rend pas compte de la notoriété autour de lui, Jenifer, Carine... C'étaient des émeutes, des gens qui couraient après les voitures... Psychologiquement, ça pouvait être difficile à gérer?
– Jean-Pascal: Il y a un moment où on décolle un peu. Des copains m'ont recadré. Si on n'a pas de stabilité, ça peut être dangereux.
– EBollaert: Vous avez été dans le foyer des gens. Vous appartenez un peu aux gens, quand vous êtes passé à la télé. Vous appartenez à tout le monde. On a pu vous dire des choses, en face, qui vous ont blessé?
– Pierre: Oui, c'est l'envers de la médaille. J'étais plutôt quelqu'un de solitaire. J'ai trouvé Frédérique par ce mode. Beaucoup de gens m'ont dit que c'était impossible de rencontrer quelqu'un...
– EBollaert: On a remis en question votre amour.
– Pierre: Je pense que certains amis qui devaient vous quitter, ça l'accélère. Des personnes que vous aviez mises de côté et qui sont finalement intéressantes, vous allez vous en rapprocher.
– EBollaert: Un tri se fait?
– Toni: Moi, ça s'est super bien passé. Je n'ai pas eu de critiques. Il y a parfois des mamies qui me pincent un peu la joue.
capture