logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 13h00


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 13h00 sur France 2

capture
– A ce moment-là, le défi des pompiers est immense.
– L'action principale est de refroidir les structures avec un point particulier, un point sensible: l'échafaudage central. Il va nécessiter plusieurs heures avant d'être complètement refroidi. Il subsiste un risque d'effondrement partiel de cet échafaudage.
capture
– Pour diriger les canons et lances à eau, certains pompiers jouent les éclaireurs. Sur les corniches étroites, ils doivent orienter les grues pour un arrosage ciblé. Mètre par mètre, ils repèrent les fragilités pour éviter l'effondrement. Des heures de lutte acharnée. 400 pompiers mobilisés, salués et applaudis par une foule émue. Peu avant minuit, 1re satisfaction: les tours de Notre-Dame sont a priori sauvées.
– Il s'agissait pour les pompiers de Paris, jusqu'à ce matin, de préserver les 2 beffrois, nord et sud, pour être sûr que les tours ne soient pas touchées. C'est le cas.
– Jusqu'au petit matin, il a fallu surveiller les structures, très fragilisées par les flammes et le poids de l'eau, pompée en partie de la Seine. Pendant les opérations, un pompier a été légèrement blessé. Notre-Dame, même défigurée, a pu, grâce à eux, être sauvée.
– M.-S.Lacarrau: Nous avons un ancien pompier de Paris avec nous: M.-A.Carré. Vous n'étiez pas à Notre-Dame hier soir. Vous pouvez nous parler du caractère extraordinaire d'une intervention sur un tel bâtiment. Qu'est-ce qui aura été le plus difficile à gérer?
capture