logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 13h00


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 13h00 sur France 2

– Quelles sont les règles dans ces bâtiments exceptionnels? Sont-elles respectées?
– La cathédrale d'Amiens, un chef-d'oeuvre de l'architecture gothique du XIIIe siècle, un édifice qui respecte à la lettre les normes anti-incendie, selon le recteur. A l'intérieur, des équipements pour prévenir en cas de sinistre.
– Toute la cathédrale est remplie de boutons-alarmes. Ici, il y en a entre les 2 portes quand on arrive. Ils émaillent toute la cathédrale.
– La priorité: alerter les visiteurs et faciliter leur évacuation avec des sorties clairement indiquées. Le nombre de touristes peut être limité pour qu'ils quittent rapidement le bâtiment en cas de sinistre. Autre obligation: les dispositifs pour lutter contre le feu, comme les extincteurs, ou encore les colonnes sèches pour raccorder les lances à eau.
– Voilà la colonne sèche. Par exemple, j'ai vu arriver le camion de pompiers pour les exercices. Ils viennent, se branchent ici et envoient l'eau dans le tuyau. C'est comme s'il y avait un tuyau prépositionné qui circule dans la cathédrale et qui permet d'envoyer l'eau dans les hauteurs.
– Les colonnes sèches sont aussi nombreuses, une dizaine, à la basilique Saint-Denis, près de Paris. L'édifice fait aussi appel à du matériel dernier cri pour protéger la charpente: des détecteurs à lecture optique.
– Une fumée se dégage. Elle déclenche l'alerte de ce détecteur optique, qui déclenche de fait une alarme dans la basilique en dessous, là où il y a le public, dans la nef.
– Le public peut alors être rapidement évacué par le personnel. En revanche, pas question de traiter le bois avec des enduits ou des vernis contre le feu.
– On a besoin de contrôler, de voir son état. Régulièrement, on vient et on le regarde. Si on met une peinture dessus, on ne sait plus ce qui se passe derrière. C'est plus compliqué de le voir.
– Les normes anti-incendie pour les églises et cathédrales sont les mêmes que pour les autres monuments historiques.
– M.-S.Lacarrau: Bonjour, D.Rykner. Vous êtes historien de l'art et rédacteur en chef de La Tribune de l'art.