logo Le moteur de recherche de la télé

Amour, gloire et beauté


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 9h30 sur France 2

– Un problème avec Steffy ?
– Non, elle se débrouille très bien.
– Pourquoi tu restes dans l'entrée ? Viens, entre. J'ai quelque chose pour toi.
– Pourquoi ? Tout est à toi.
– Non, pas tout. La maison est à toi. Tous les frais sont pris en charge,
– Ça te paraît un marché équitable ?
– BiIl va être grand-père ? Il est au courant?
– Promets-moi que tu ne diras rien.
– Ils ne l'ont pas annoncé ?
– C'est un peu tôt. Ça date de quelques semaines.
– Oui, ils veulent laisser passer le premier trimestre. C'est plus prudent.
– Oui. Surtout après ce qu'ils ont vécu tous les deux.
– Oui.
– C'est horrible, de vivre ça.
– Je comprends qu'elle veuille attendre. Tu sais, pour Will, c'était une grossesse à risque, et c'était effrayant. BiIl ne voulait pas que je le fasse, car les médecins disaient que je pouvais mourir. C'était quelques années après ma transplantation, et ils pensaient qu'on devait attendre, mais WiIl voulait venir au monde.
– Mais tu savais
– Oui, eh bien... Les soucis de santé étaient mon quotidien à cette époque. C'est vrai. On me conduisait aux urgences, et je revoyais les mêmes médecins qui semblaient dire : "Pourquoi est-elle encore en vie ?"
– Oui, mon père m'en a parlé, mais j'ignorais que tu avais échappé au pire si souvent, et que c'était si grave.
– Je crois que c'était un peu ma faute.
– Comment tu peux te reprocher ça ?
– Je crois que je ne me sentais pas le droit de vivre. Quel droit j'avais, d'avoir le coeur de mon frère ? Surtout vu la terrible façon dont je l'ai reçu, et je crois que je... Je ne voulais pas mourir, mais je ne voulais plus être là.
– Je n'aime pas t'entendre dire ce genre de chose.
– Comment est-on arrivés à parler de ça ?
– Je ne sais pas. Je voudrais t'avoir connue J'aurais peut-être pu t'aider.
– Je pense que je devais passer par là.
– Tu ne peux pas savoir à quel point ça me fait du bien, à chaque fois que je te vois.
– Ah oui? Je tiens à te faire remarquer que je suis seulement allongé.
– Tu n'as pas besoin de dire quoi que ce soit. Je peux tout lire sur ton visage. Parle-moi du bébé.
– Oh, voyons... Ton père sait-il qu'il va bientôt être grand-père ?