logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le mardi 16 avril 2019 à 8h10 sur France 2

– L'Etat a débloqué 8,3 millions d'euros pour sa reconstruction. Un travail de plusieurs décennies. 47 ans après l'incendie, les travaux ne sont pas encore totalement terminés. Un chantier de restauration immense qui attend aussi Notre-Dame de Paris.
– Sophie Le Saint : Il est presque 8h45. Edition spéciale dans "Télématin" au lendemain du terrible incendie qui a ravagé en grande partie Notre-Dame. Regardez ces dernières images de ce monument emblématique de la capitale qui fait partie intégrante de notre histoire. Le feu est totalement maîtrisé. Une réunion a lieu en ce moment pour faire le point sur l'état de la structure de la cathédrale qui a été, semble-t-il, préservée. Les 2/3 de la toiture ont été totalement détruits. Prochaine édition à 9h.
– Laurent Bignolas : Merci. On évoquera la richesse et l'architecture de Notre-Dame Jingle Matmut
– Quand on s'est rencontrés, il cherchait à m'impressionner.
– J'ai même droit à un bonus de 65 %.
– A la Matmut, quand on est bon conducteur, ils vont au-delà du bonus 50. Ils vontjusqu'à 65 %.
– Laurent Bignolas : Bonjour.
– Patrice Romedenne : Bonjour à tous.undefined
Un trop-plein d'émotion, de tristesse. La tragédie fait la une de toute la presse nationale et régionale. C'est à cela que se devine la dimension de l'événement. Il n'est pas question d'un monument parisien qui part en fumée, mais d'une âme, celle de la nation, qui se meurt. Le spectacle est effrayant pour quiconque aime un tant soit peu l'histoire de France, écrit LJoffrin dans Libération. Des millions de gens ont déambulé dans la nef. Paris brûle-t-il? Métaphoriquement, oui, écrit l'éditorialiste. à la une de tous les journaux. Il est question de sidération, de désastre, de tragédie. Paris à la une de La Croix, dont "le coeur est en cendres". Le coeur d'un homme aussi à la fois curé et historien de l'art qui connaît la crise que traverse l'Eglise et qui confie ce matin son trouble. "Je ne sais quelles sont les forces du mal qui s'acharnent", confie-t-il. Il dit que nous devons être des bâtisseurs. Là où quelques incultes décérébrés ne voient qu'un tas de pierres sans tenir compte de la chair et du sang qui battirent et firent vivre l'édifice au long de plus de 8 siècles d'histoire, Le Figaro rappelle que ce chef-d'oeuvre serti au coeur de Paris a connu des guerres, des pillages, mais jamais encore il n'avait subi un outrage de cette ampleur.