logo Le moteur de recherche de la télé

Demain nous appartient


diffusion le lundi 15 avril 2019 à 9h25 sur TF1

– Ça me faisait du bien de penser à la mer.
– C'était notre projet, Hugo. Je suis interchangeable, pour toi.
– Je te jure que non.
– Bien sûr que si. T'es avec moi pour éviter la prison.
– Julien t'a dit ça ?
– C'est vrai ou pas ?
– Au début, ça l'était.
– Pauvre merde.
– J'avais si peur de retourner en taule.
– Donc, c'était mieux que j'y aille ?
– Je t'aurais jamais laissé.
– T'aurais envoyé une carte de San Diego au juge ?
– Je pensais que t'aurais une amende. Tu disais que tu risquais moins que moi. Je dois faire quoi pour que tu me croies ?
– Plus rien. J'ai compris quel genre de mec t'es.
– Je joue pas au malheureux. Je suis vraiment malheureux. Parce que je suis en train de te perdre.
– C'est trop tard.
– C'est toi qui as raison. Je suis pas un mec bien. J'aurais pas dû t'entraîner dans mes histoires. Ma seule excuse, c'est que... je suis amoureux de toi. Et ça, tu le sais, même si t'es en colère.
– Si on est amoureux, on se tape pas quelqu'un d'autre.
– Je pensais que je pouvais gérer. Rompre avec Julien à un moment, mais j'ai pas réussi, voilà. S'il te plaît, laisse-moi une chance.
– Va te faire voir. Musique triste
– J'y crois pas, il a presque fini.
– Il devait avoir drôlement faim. Je suis fière de toi, ma puce. J'étais sûre que t'y arriverais.
– J'ai rien fait. C'est César qui a réussi.
– Vous avez réussi tous les 2. C'est un vrai travail d'équipe.
– Ouais. Un travail d'équipe.
– Eh oui...
– Je suis sûrement pas la maman dont tu rêvais. Mais je suis un peu ta maman Et à partir de maintenant, j'ai envie de faire les choses bien. Si tu veux bien me laisser une chance.
– Je dois carrément dîner avec ses filles.
– C'est gentil de sa part. Il t'intègre à sa famille.
– Je m'en fous, c'est pas ma famille ! Ma famille, c'est toi. C'était papa, aussi.
– Je sais, chéri. Mais ton père voulait que tu restes avec Bilel.
– Je comprends pas pourquoi.
– Il lui faisait confiance. C'est quelqu'un de bien.
– C'est un bolosse, il pue la lose ! J'en peux plus de sa fille débile.
– Parle pas comme ça, Jules. Ce sera bientôt fini, sois un peu patient.
– Tu dis toujours ça.