logo Le moteur de recherche de la télé

La quotidienne


diffusion le lundi 15 avril 2019 à 11h45 sur France 5

– C'est lié aux implants mammaires. Lorsque ce cancer est dépisté de manière précoce, il est de bon pronostic. Notre objectif, avec ce retrait des implants mammaires, est de diminuer l'exposition aux risques. Ce cancer est certes très rare, mais il est grave. Il est normal de vouloir protéger les femmes portant des implants mammaires.
– M.Lauqué: Combien de femmes ont eu ce type de cancer?
– C.Ratignier-Carbonneil: Ily a 400 000 femmes sont porteuses d'implants mammaires en France. Le délai de survenue de ce cancer par rapport à la pose... C'est en moyenne 7,5 ans, avec des variations assez grandes. Il est important de suivre régulièrement ces femmes.
– Thomas Isle : Vous recommandez aux femmes d'être suivies, pas de l'enlever. de retrait préventif. En l'absence de signes, il est important d'avoir un suivi annuel régulier, notamment pour ces femmes. Il faut aussi un acte d'imagerie, une radio, une échographie ou autre.
– M.Lauqué: Ces femmes ont été informées?
– C.Ratignier-Carbonneil: Nous avons diffusé une information largement sur notre site. Nous avons un questions/réponses mis en ligne et nous avons largement informé les professionnels de santé, pas seulement les chirurgiens. Il faut que cette information soit la plus large possible. C'est pour les femmes sans signes cliniques, mais avec un suivi régulier. Le délai moyen de survenue est de 7,5 ans. Ily a beaucoup de variations. A distance de la pose, si vous avez des douleurs, une perception d'une augmentation de volume, une masse, un épanchement, il faut consulter pour que le diagnostic puisse être évoqué et qu'il y ait une prise en charge adéquate. Pas de retrait systématique. Un retrait, c'est une opération. Ce sont des risques anesthésiques et chirurgicaux. Il faut peser la meilleure attitude.
– Thomas Isle : Il y a vraiment des risques. Ce n'est pas la 1re fois qu'on a des alertes.
– V.N'Sondé: On se rappelle tous de l'affaire PIP. Il y avait un taux de rupture plus important. Un contrôle a été fait dans les locaux de cette marque. On a découvert que le gel mis dans les prothèses n'était pas celui autorisé.