logo Le moteur de recherche de la télé

La tête dans les étoiles

Le monde de Jamy avec Thomas Pesquet


diffusion le lundi 15 avril 2019 à 21h00 sur France 3

capture
– En plus, le scaphandre n'est pas fait pour se déplacer, mais pour qu'on soit assis en boule dans le Soyouz. Il n'autorise pas à faire des enjambées. C'est une précaution. On a peur que les astronautes aient des vertiges, s'évanouissent, se blessent. Donc on prend des précautions.
– Retour sur Terre à première vue sans problèmes pour Thomas Pesquet.
Mais ça ne se passe pas toujours aussi bien. Le 22 septembre 2006, alors qu'elle arrive de la station spatiale et donne une conférence de presse, Heidemarie Stefanyshyn-Piper est prise d'un malaise. Sous le regard interloqué de ses amis et de sa famille, elle se ressaisit aussitôt pour terminer son discours. Propos en anglais.
capture
– Mais la voilà de nouveau saisie de vertiges. Selon un médecin qui l'a examinée, elle a mal supporté le passage de l'impesanteur à la gravité.
– Vous racontez que, après votre atterrissage, on vous a passé un téléphone, et il vous a paru faire un poids énorme.
– Oui. En fait, la gravité est un énorme élastique qui nous tire vers le bas en permanence. On l'oublie, mais quand on l'a plus vécue pendant 6 mois, de lever la main, c'est comme tirer sur un gros élastique, etj'avais l'impression que le téléphone allait tomber, que j'arriverais pas à relever ma tête. Il a fallu un peu de réadaptation. Ensuite, le plus difficile, ça a été l'équilibre et l'orientation dans l'espace. Foule en liesse.
– Quelques heures après son atterrissage, à son retour à Cologne, au Centre des astronautes européens, Thomas peine à marcher. Il porte encore les marques de son séjour en orbite.
capture