logo Le moteur de recherche de la télé

Parlement hebdo


diffusion le lundi 15 avril 2019 à 0h30 sur France 3

– Mon père ayant été un accidenté de la route, je ne peux pas m'extraire de cette affirmation à laquelle j'adhère. Je ne suis pas dans les petits papiers me permettant de vous confirmer ou vous infirmer que ce type de mesures pourrait passer à la trappe. Ce que je peux vous dire en tant que ressenti de parlementaire, en vue des annonces à venir du président Macron, c'est que je pense, comme je l'ai dit au début, qu'on ne peut pas faire comme si tout était comme avant. Il y a eu cette crise importante des gilets jaunes qui témoigne d'années et d'années de cristallisation de mécontentement. Aujourd'hui, le président doit en sortir, avec des mesures fortes et immédiates, ainsi qu'avec quelques mesures qui expriment qu'on est capables de changer d'avis ou de faire évoluer notre avis. Les 80km/h pourraient en faire partie.
– Justement, les yeux sont rivés vers le président maintenant. Qu'attendez-vous de lui?
– J'attends ce que je viens de vous dire. 3 choses: un, un président, je ne suis pas très inquiète, le connaissant un peu, qui reconnaisse que cette crise témoigne de problèmes qu'il nous faut mettre sur la table. Je pense qu'il faudra revenir sur certaines mesures, sur les retraites, la réindexation dont on parle beaucoup. Ça peut aussi être des mesures fortes, les 80km/h ou d'autres problématiques. Je pense qu'il faut accepter sur quelques sujets. Ensuite, il faut des mesures immédiates. Pas dans 3 mois, 6 mois, un an, immédiates.
– Notamment pour le pouvoir d'achat.
– Oui. On a fait énormément au mois de décembre avec les 10 milliards d'euros. Il faut que l'on aille un peu plus loin et il y ait des mesures immédiates, exécutoires immédiatement. Je fais de la prévention, je pense qu'il ne faut pas être déçus que sur certains chantiers majeurs, je pense à la santé qui n'était pas beaucoup dans les questions du grand débat. Pour autant, c'est une des thématiques les plus citées. On ne peut pas faire comme si ce n'était pas un sujet majeur dans le quotidien de nos compatriotes. On a donc le sujet de la santé et de la dépendance.