logo Le moteur de recherche de la télé

Parlement hebdo


diffusion le lundi 15 avril 2019 à 0h30 sur France 3

– Quand était-elle prévue, quel était le calendrier et va-t-il devoir être remis en cause?
– Le calendrier est encore souple dans les mois qui viennent, un cahier des charges a été élaboré. Encore une fois, je pense que c'est une procédure louable. Mais l'activer sur ADP, à défaut d'avoir pu l'activer Ce n'est pas faute d'avoir essayé de l'activer pendant des mois, notamment les socialistes. N'ayant pas réussi, ils se sont rabattus sur ADP. C'est de la tactique politique. Je pense qu'en réalité, ça ne remet pas en question le texte. Vous savez, jeudi, j'écoutais Alexis Corbière qui disait: "Vous êtes contre ce RIP car vous avez peur du peuple." Moi, je n'ai pas peur du peuple, je vous l'ai dit, j'ai peur de la mise à mal du modèle démocratique. On n'a pas voté ce texte de loi. Ça veut dire quoi? Marc Fesneau l'a très bien dit. Ça veut dire qu'à ce moment-là, les parlementaires sont capables de se saisir, pour contrer un texte qui n'a pas été voté, et donc de délégitimer un travail parlementaire sur lequel ils ont travaillé depuis 10 mois. Il faut être vigilants, à la suite du grand débat et avec les propositions du président, la démocratie participative ne doit pas rentrer en opposition avec la démocratie représentative. En ça, je pense que c'est un tour de passe-passe potentiellement dangereux. Après, on n'a pas peur du peuple et c'est très bien que ce RIP se déploie, et nous verrons où il arrivera.
– On va terminer très rapidement avec l'Assemblée nationale qui a adopté mardi la taxe sur les géants du numérique, taxe GAFAM pour Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Ils échappaientjusqu'ici largement Désormais, ils devront prendre leur part car les députés l'ont largement votée. 81 voix contre 7. Le ministre de l'Economie B.Le Maire s'est félicité que la France soit pionnière en la matière. O.Grégoire, cette taxe doit rapporter 400 millions d'euros cette année. Ce sont des entreprises qui font des milliards de bénéfices. N'est-on pas plus dans la taxe symbolique qu'efficace?
– Non, il fallait le faire, tout le monde se gargarisait en disant qu'on n'arriverait jamais à le faire. On l'a fait et on est en train d'embarquer des pays de l'OCDE et européens. Nous avons aujourd'hui plusieurs pays alliés à nos côté