logo Le moteur de recherche de la télé

L'exode des enfants cubains

Opération Peter Pan


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 22h35 sur France 5

capture
– Le plus triste n'a pas été de lui dire au revoir. Ça a été de le voir anéanti. Impossible d'expliquer l'expression de mon père ce jour-là. C'était quelqu'un de fort, physiquement et mentalement. Et là, on aurait dit qu'il était sur le point de s'effondrer. C'est quelque chose que je n'oublierai jamais. Voir mon père comme ça, ne pas savoir si je le reverrais, s'il allait avoir des ennuis, peut-être être exécuté... Cet au revoir à mon père a été le moment le plus triste de ma vie.
– Le jour du départ, à l'aéroport de La Havane, les soldats et douaniers du régime attendent fermement les enfants en partance. Considérés comme des traîtres à la nation cubaine, aucune complaisance ne leur sera faite. La déchirure pour les familles est immense. Les parents ne savent pas quand ils pourront rejoindre leurs enfants.
capture
– Une fois à l'aéroport, les enfants étaient placés dans l'aquarium, une salle vitrée. C'était difficile parce qu'on y passait des heures et nos parents ne pouvaient rien faire pour nous.
– Les vitres étaient si épaisses qu'aucun son ne passait au travers.
Tous ceux qui partaient devaient attendre dans cette salle, derrière ces vitres pendant des heures. On pouvait voir sa famille de l'autre côté des vitres, mais on ne pouvait pas lui parler, et ça, c'était pire que tout ce que j'aurais pu imaginer.
– Dans l'aquarium, il y avait des compartiments et on nous examinait. On nous faisait enlever nos vêtements totalement. Nous devions tout enlever. On inspectait soigneusement nos poches, nos chaussures. On regardait s'il y avait quelque chose de caché dans les talons... C'était une inspection personnelle très minutieuse. Chaque personne était fouillée. Les petites filles avaient des poupées et ils pouvaient leur arracher la tête pour voir s'il y avait des bijoux ou de l'argent cachés dedans.
– La seule chose que j'ai pu emporter, que j'ai eu la chance d'emmener avec moi en quittant Cuba, je peux vous la montrer, je l'ai toujours avec moi, c'est une pièce de 25 centimes cubains, une pièce courante mais qui pour moi représente toute la fortune que j'ai sortie du pays.
capture