logo Le moteur de recherche de la télé

C politique


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 18h35 sur France 5

capture
– La façade est belle, mais derrière la belle façade, l'état des appartements est moins reluisant. Une partie de l'immeuble menace de s'effondrer. Des habitants ont dû abandonner leurs affaires en urgence. Leur appartement a été scellé. C'est le cas de ces 3 jeunes Marseillaises. C'est votre plafond?
– Oui, avec le trou qui donne chez ma voisine.
– C'est mon appartement.
– Vous ne pouvez plus rentrer?
capture
– Non, ils ont changé la serrure.
– Un jour, elle vient frapper à ma porte avec son mari. Elle m'a demandé si j'avais vu des changements dans mon appartement. Je lui ai dit que oui. Ily a des fissures. Il y a des affaissements. Le bâtiment est en train de s'engloutir de l'intérieur. S'ils laissent des gens habiter dans cet appartement, il va y avoir des morts.
– J'ai vécu à Marseille. J'y ai fait des études. Je travaille. J'ai un CDI. Je travaille dans une grande entreprise. Comment avoir un dialogue de sourds? Marseille fait-elle partie de la France?
– Maxime Darquier : L'insalubrité des immeubles, les Marseillais ne l'acceptent plus. Depuis la rue d'Aubagne, plus de 300 immeubles Nous avons rencontré une femme de 37 ans. Elle a été évacuée avec son enfant. Elle vivote dans une petite chambre d'hôtel depuis.
– On est coincés ici, entre 4 murs. On ne peut pas rester comme ça. Il faut que l'on recommence notre vie. J'ai perdu mon travail. Je ne peux pas aller travailler. J'habite trop loin. Jusqu'à quand je vais rester
– Maxime Darquier : C'est ce désespoir qu'elle et les autres du collectif sont venus dire à Julien Denormandie, ministre du Logement. Il a visité le centre d'accueil des délogés.
– Maxime Darquier : Quand le ministre du Logement parle de la collectivité, il pointe la responsabilité de la ville de Marseille et de Jean-Claude Gaudin, son maire. Une phrase prononcée la semaine dernière fait polémique. Elle laisse entendre que les délogés qui occupent des chambres d'hôtel devraient peut-être bientôt "laisser leur place aux touristes."
– 32 hôtels sont occupés par ces gens qui ont subi tout ce que nous savons. Nous sommes de tout coeur solidaires.
capture