logo Le moteur de recherche de la télé

C politique


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 18h35 sur France 5

capture
– Une drôle de campagne avec une multitude de listes à gauche. A côté, En Marche, un paradoxe. De bons sondages pour le parti du président, mais une tête de liste, Nathalie Loiseau, qui peine à convaincre.
– Karim Rissouli : Voici notre reportage.
– NATHALIE LOIS EAU. JE NE CROIS PAS QUE VOUS LA CONNAISSEZ. C'EST NOTRE TETE DE LISTE. ELLE VA TOUT CASSER. ON VOTE POUR NATHALIE LOISEAU.
– Je suis Nathalie Loiseau. Je suis tête de liste aux européennes.
– Et les abeilles, en ce moment?
– Ça va. Il n'y a que dans les journaux que ça ne va pas. On parle de ce qui ne va pas.
– Bonjour. Voulez-vous qu'on parle des européennes?
– Non merci.
capture
– C'est important, pour vous, l'Europe?
– Oui. Je vais voter.
– Il faut que les pays de l'Est aient de l'argent des pays de l'ouest s'ils se rapprochent au niveau social. On leur laisse le choix.
– C'est pas mal.
– Ils ne peuvent pas demander l'argent du contribuable français et faire le contraire de ce que l'on fait. Mexico.
– Je ne tape pas sur les vieux, monsieur. Je vous écoute.
– J'ai travaillé 50 ans, madame. On me taxe tous les jours. Ily en a ras-le-bol. Je dois donner pour les vieux. Arrêtez.
– Personne ne tape sur les vieux.
– Arrêtez!
– Nous payons votre retraite.
– Je l'ai faite tout seul, ma retraite. J'ai travaillé 50 ans. Arrêtez de taper sur les vieux. C'est tout ce que j'ai à vous demander.
– Nathalie Loiseau attaquée sur les retraites. Sur la politique migratoire du gouvernement, aussi.
– Vous allez décider en vertu de quels critères? Les gens, quand ils veulent partir, ils partent.
– Il n'y a aucune raison que la France perde sa jeunesse. Ça serait une tragédie pour nous. Ily a un continent qui s'enfonce.
– Ce discours-là est à l'oeuvre depuis des années. J'ai voté pour Macron, mais on ne peut plus vous suivre. Il faut que vous amandiez. Là-dessus, ce n'est pas possible.
– Karim Rissouli : 1re pause. On entend une électrice de gauche déçue par Emmanuel Macron. Elle a voté pour lui, mais elle dit: "Ce n'est plus possible."
capture