logo Le moteur de recherche de la télé

Le royaume du Namib


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 15h35 sur France 5

capture
– Il n'y a pas d'eau. Simplement du sable. Il tourbillonne au-dessus des plaines dénudées. Il s'engouffre dans les vallées arides. Et des animaux parfaitement adaptés à cet environnement en foulent le sol. Des springboks, des oryx et même des éléphants. Les arbres sont indispensables à leur survie. Mais les plantes ne peuvent pas pousser sans un ingrédient essentiel: de l'eau se cache forcément quelque part. L'eau ne coule dans ces vallées que pendant 1 ou 2 mois par an et elle atteint rarement l'océan. La couche de sable est épaisse et très sèche. L'eau se perd dans les profondeurs et seules les longues racines y accèdent. Les plantes comme les animaux des stratégies variées pour survivre. Même un éléphant adulte a parfois du mal à atteindre sa nourriture. Il doit se montrer créatif. Les éléphants vivent en groupe. Ils ne sont pas tous assez grands pour accéder aux feuilles, alors quand l'un d'eux attrape une branche, toute la famille veut en profiter.
Le mâle ne se laissera pas amadouer si facilement. Enfin, peut-être un peu Quand le reste du clan arrive, il ne reste plus rien. Le nombre de pachydermes dans cette région témoigne de leur capacité d'adaptation exceptionnelle. Les éléphanteaux du désert tètent leur mère jusqu'à l'âge de 7 ans. Bien plus longtemps que leurs cousins de la savane. C'est le secret de leur survie. Les mâles adultes sont plutôt solitaires. Ils vivent à l'écart de la troupe. Celui-ci a eu sa dose de compagnie pour la journée. Ces vieux géants connaissent le désert par coeur. Ils savent exactement où trouver à manger et dans combien de temps l'eau va revenir dans la rivière. L'eau emprisonnée sous le sable n'est pas la seule source, dans le désert. Les vents alizés à l'origine des dunes apportent aussi aux plantes l'hydratation nécessaire. Le climat le long des côtes namibiennes est impitoyable. Le littoral est un véritable cimetière d'épaves. Les rescapés de naufrages mouraient de soif ou d'être confrontés aux éléments. Les rares survivants ont donné son nom à cette côte meurtrière : la Skeleton Coast, la côte des squelettes.
capture
capture