logo Le moteur de recherche de la télé

Mexique : de Mexico à Acapulco

Les métiers de l'impossible


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 14h45 sur France 5

capture
– Ce serait presque ma mort assurée. Je suis un peu nerveux, j'ignore ce que je vais trouver.
– Je n'ai jamais trouvé quelqu'un d'autre dans le monde qui plonge dans les égouts comme moi.
– Un cordon ombilical lui permet de respirer et de communiquer.
– Le récurage se fait par 18 m de profondeur.
capture
– On est un peu stressés : on ne sait pas comment il se sent sous l'eau. Donc, il parle pour qu'on sache tout le temps qu'il va bien. S'il arrête de parler, c'est qu'il lui arrive quelque chose. Souvent, il chante, ça nous rassure. On sait que tout va bien. Tout ce que vous pouvez imaginer, je l'ai trouvé là-dessous. Ce qui m'a le plus impressionné, c'est une tête de cochon : elle avait gonflé, elle faisait 4 à 5 m d'épaisseur. J'ai aussi trouvé des carcasses de voitures et des appareils électroménagers. On trouve de tout ici !
– Julio reste rarement plus de 20 mn au fond des égouts.
– Après chaque plongée, l'équipement est désinfecté. Aucune goutte de cette eau sale ne doit entrer en contact avec sa peau.
– Ce que j'appréhende le plus, c'est que le cordon se casse et que je n'ai plus d'air. C'est l'un des gros problèmes. Je peux rester coincé ou un gros objet peut me tomber dessus. Le travail est dur, très dur physiquement.
– Il va maintenant plonger dans une zone prisée des tueurs de Mexico pour dissimuler leurs cadavres. sur les falaises d'Acapulco, les plongeurs de haute voltige prennent soin de leur outil de travail.
– Iris, 22 ans, la fille de José, joue les coachs sportifs. Elle compte les mouvements.
– Même expérimenté, José est vigilant avec son corps. A 45 ans, il n'a plus la même force.
– On arrête de plonger quand on a pris trop de poids. L'impulsion doit te propulser à 3 ou 5 m de la falaise. Avec l'âge, on n'a plus la force.
capture