logo Le moteur de recherche de la télé

Denis Podalydès, pour l'amour du jeu


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 9h20 sur France 5

– J'aime bien. Il peut les enlever. Ily a un côté Godot.
– Dès que je fais ça...
– Oui.
– C'est bien aussi ! "Elles sont où, les femmes ?"
– Non, parce qu'il est rabelaisien. Alors, caleçon !
– Caleçon d'époque.
– Ce que j'adore dans le travail avec Denis ou avec Eric... Ce sont des gens qui aiment les costumes qui ont une âme. Même si on n'est pas des ayatollahs de l'époque, on avait la manche comme ça..." Mais on n'est pas dans la transposition contemporaine qui devient le nouvel académisme. Ou le costume noir avec un tee-shirt blanc. Est-ce vraiment à moi de faire ça ? J'aime bien aussi quand ça a l'air d'être des costumes qui ont déjà servi. Denis aime les costumes sortis de la panière.
– Oui, ça. en petits talons déjà.
– Ils ne sont pas trop étroits ?
– Ne changerait-on pas les rubans ?
– Il a eu cette idée, parce que je lui ai montré une gravure avec ce rouge... La tache rouge l'a intéressé tout de suite. C'est une veste de chasse à courre.
– Ah oui...
– Le personnage de Leslie, je le voyais comme une sorte de petit soldat. Un rouge ardent, comme ça. Et qui dit le coup de force de ce personnage. L'espèce de geste volontaire, militaire. Conquête. C'est une princesse qui va chercher ce prince où il est, le prendre, l'épouser, et tout ce qui se mettra sur sa route, pan !
– Je laisserai le volume aux coudes.
– Ce n'est pas du tout un côté garçon manqué. Au contraire, ily a beaucoup de féminité, en même temps beaucoup d'assurance. Une garçonne féminine.
– On la raccourcira un peu.
– D'accord.
– Au niveau de ta bouche. Il siffle un air.
– C'est bien, tête baissée, comme ça. Soulève la tête. Parfait ! Un peu... Tu te sens bien souple dedans ?
– Oui, le pantalon... Alors enlève la veste. La doublure estjolie. Non, c'est parfait.
– Je ne sais pas si ça ira jusque-là.
– Cela dit, ça, ça fonctionne très bien aussi.
– Ils sont tous parfaits. NOUS sommes vernis.
– Et avec Agis...
– Si on foire, ça ne sera pas de la faute des costumes. Quand le spectateur découvre la pièce, il découvre tout en même temps : des acteurs, un décor, il entend des voix, des sons, des musiques.